• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Méthodes statistiques pour le traitement des données de tri libre

Application à des données sur le chocolat.

tablette de chocolat © N. Mansion
Mis à jour le 17/04/2018
Publié le 13/04/2018

Dans le domaine agro-alimentaire, l’évaluation sensorielle est une approche privilégiée pour mieux caractériser les produits dans une visée de développement de nouveaux produits, de contrôle de la qualité… Traditionnellement, une telle évaluation fait appel à un panel constitué de personnes entraînées – les juges -, avec, dans le cas de l’épreuve du profil sensoriel, la description et la notation des produits à l’aide d’un ensemble de descripteurs sensoriels. Cependant, nous assistons depuis quelques années à un recours de plus en plus fréquent à des méthodes alternatives, dites ‘rapides’ puisqu’elles ne requièrent pas des juges entraînés mais s’adressent directement à des consommateurs sans entraînement préalable.

Parmi ces méthodes, l’épreuve de tri libre, aussi appelée épreuve de catégorisation, connaît un engouement considérable du fait de sa facilité de mise en oeuvre et de son caractère holistique (évaluation globale des produits). Dans une épreuve de tri libre, il est en effet demandé à chaque consommateur de regrouper les produits selon les ressemblances perçues : les produits dans un même groupe sont considérés comme étant davantage similaires que des produits placés dans deux groupes différents. Chaque consommateur forme une partition des produits. Cette partition « traduit » ainsi la perception du consommateur vis-à-vis de l’univers des produits d’un point de vue intégratif c’est-à-dire holistique.

L’analyse statistique des données de tri libre s’effectue par la suite à partir de l’ensemble des partitions obtenues. Cette analyse répond généralement à plusieurs objectifs. Du point de vue des produits, il s’agit de mettre en évidence les ressemblances entre produits, ces ressemblances étant agrégées au niveau de l’ensemble des consommateurs. Du point de vue des consommateurs, il peut s’agir d’investiguer l’accord entre les consommateurs sur les groupes de produits formés. Les méthodes mises en œuvre sont pour la plupart des méthodes factorielles et de classification.

Différentes approches statistiques ont été décrites dans la littérature pour répondre à cet objectif. L’originalité de notre approche consiste à proposer une démarche unifiée basée sur un même critère à optimiser pour construire les classes et les cartes factorielles, à la fois pour les consommateurs et pour les produits. Selon le cas, cette démarche est appliquée aux matrices de cooccurrences produits x produits ou consommateurs x consommateurs. Elle vise à optimiser une mesure d'association reposant sur le ϕ^2(phi-deux) qui est intimement lié à la statistique de χ^2 (khi-deux) bien connue des utilisateurs dans toutes les disciplines. La méthode et sa comparaison avec d’autres approches statistiques usuellement adoptées pour le traitement des données de tri libre sont détaillées sur la base de données issues d’une épreuve de tri libre réalisée sur des chocolats.

Publication associée : Cariou, V., & Qannari, E. M. (2018). Statistical treatment of free sorting data by means of correspondence and cluster analyses. Food Quality and Preference, 68, 1-11. https://doi.org/10.1016/j.foodqual.2018.01.011

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire