• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Traitement de la myopathie de Duchenne après la greffe

Maintien de l’efficacité des cellules souches MuStem malgré l’arrêt rapide des traitements anti-rejets chez le chien myopathe.

Chien myopathe
Mis à jour le 10/09/2018
Publié le 10/09/2018

La myopathie de Duchenne est une maladie génétique qui touche l’ensemble des muscles du corps. Et qui reste aujourd’hui incurable bien que de nombreuses équipes tentent de trouver un traitement. Une des stratégies envisagées consiste à utiliser des cellules souches capables de régénérer le muscle que l’on prélève chez un donneur sain pour les injecter au malade. Cette démarche prometteuse est confrontée au problème du rejet de greffe, comme lors de la greffe d’un organe. Pour y palier, les patients sont contraints de prendre toute leur vie des traitements anti-rejets qui s’accompagnent de multiples effets secondaires très délétères.

Pour résoudre ce problème, l’UMR PANTHER travaille sur des cellules souches isolées du muscle adulte, les cellules MuStem. Administrées chez le chien malade, ces cellules permettent une amélioration de la motricité des chiens traités et une moindre détérioration des muscles. Mais le plus important est que l’équipe démontre pour la 1ère fois que ces effets restent observables après l’arrêt des traitements anti-rejets.

Ces résultats précliniques ouvrent de grands espoirs sur la possibilité d’utiliser ces cellules issues d’un donneur sain chez un patient atteint de myopathie de Duchenne sans avoir l’inconvénient d’avoir recours aux traitements anti-rejet sur de longues durées et ainsi d’améliorer durablement la qualité de vie des malades.

Traitement de la myopathie de Duchenne. © Inra-Oniris
Traitement de la myopathie de Duchenne © Inra-Oniris

Partenaires : ce travail a été réalisé par l’UMR 703 PAnTher, en partenariat avec l’UMR 1089 à Nantes, l’UMR 6290 à Rennes, le centre de Boisbonne de Nantes et le laboratoire de Physiopathologie Animale et Pharmacologie Fonctionnelle à Nantes.

Publication associée : Lorant J, Larcher T, Jaulin N, Hedan B, Lardenois A, Leroux I, Dubreil L, Ledevin M, Goubin H, Moullec S, Deschamps JY, Thorin C, André C, Adjali O, Rouger K. (2018) Vascular Delivery of Allogeneic MuStem Cells in Dystrophic Dogs Requires Only Short-Term Immunosuppression to Avoid Host Immunity and Generate Clinical/Tissue Benefits. Cell Transplant ;27(7):1096-1110. doi: 10.1177/0963689718776306.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire