• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Supplémentation orale par microARN durant l’allaitement

Encapsuler un microARN dans un nanovecteur permet de cibler le nucléosome d’un raton allaité pendant le cycle biologique de 24 heures

Cycle de vie © B. Kaeffer
Mis à jour le 18/10/2019
Publié le 17/10/2019

Pour prévenir certaines maladies métaboliques de l’adulte acquises durant la période prénatale, une modification de niveau d’expression de certains gènes clés a été proposée, en modifiant le profile épigénétique du bébé via l’application d’un microARN régulateur. Le vecteur utilisé, autorisé en alimentation, est fiable car le microARN délivré atteint spécifiquement une cible moléculaire (un gène) située dans l’unité fonctionnelle du noyau, le nucléosome.

L'étude a montré que le complexe chromatidien d’un gène cible, polr3d, d’une cellule épithéliale gastrique est impacté par une forte concentration de microARN 320-3p délivré par une sonde gastrique adaptée, à une heure optimale. La formulation miR-320-3P/Aminoglycoside protège des enzymes digestives et délivre le microARN dans le cytoplasme de la cellule gastrique. La délivrance a été suivie d’un point de vue intégratif, sur six organes, le plasma sanguin, et le fluide gastrique. La supplémentation  de ce microARN a entraîné un léger effet hypoglycémiant.

Montrer qu’un microARN présent dans le lait maternel peut être bioactif sur cellules gastriques d’un animal modèle permettra d’explorer les conséquences physiologiques des microARNs naturellement présents dans un lait et de concevoir des suppléments permettant à terme de prévenir les maladies de civilisation de l’adulte acquises durant la période périnatale.

Encapsuler un microARN dans un nanovecteur permet de cibler le nucléosome d’un raton allaité pendant le cycle biologique de 24 heures.. © Inra, B. Kaeffer
Encapsuler un microARN dans un nanovecteur permet de cibler le nucléosome d’un raton allaité pendant le cycle biologique de 24 heures. © Inra, B. Kaeffer

Partenaires : cette étude a été réalisée par l'UMR PHAN, en collaboration avec le Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes Angers et In Cell Art à Nantes

Financement : Programme régional “RFI Food for Tomorrow/Cap Aliment and Research, Education, and Innovation in Pays de la Loire,” soutenu par la Région Pays de la Loire et le fond régional de développement européen (FEDER) ainsi que l’Agence Nationale de la Recherche (ANR, grant ANR-16-CE21-0007-01).

Publication associée : Beuzelin, D., Pitard, B., & Kaeffer, B. (2019). Oral Delivery of miRNA With Lipidic Aminoglycoside Derivatives in the Breastfed Rat. Frontiers in Physiology, 10(1037). http://doi.org/10.3389/fphys.2019.01037

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Alimentation humaine
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire