• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Strongles gastro-intestinaux chez la chèvre

L’efficacité de l’éprinomectine formulée pour la voie transcutanée se révèle être meilleure par voie orale.

Des chèvres laitières de race Saanen, très productives en lait, se régalent de feuillages de chêne pubescent au cours d’un circuit de pâturage organisé par leur chevrier, alternant parcours forestier et passages sur des cultures de légumineuses (Drôme des collines).,. © Inra, MEURET Michel
Mis à jour le 09/02/2016
Publié le 08/02/2016

Le contrôle des strongles gastro-intestinaux chez la chèvre fait appel principalement aux médicaments anthelminthiques comprenant plusieurs familles. L’éprinomectine, de la famille des lactones macrocycliques, a été développée pour les bovins pour une administration transcutanée et elle est également utilisée chez la chèvre. Toutefois, l’efficacité par voie transcutanée n’étant pas complète (coproscopies positives après traitement), de nombreux éleveurs sur le terrain ont commencé à utiliser de manière empirique ce produit par voie orale pour en améliorer l’efficacité. Afin de préciser l’intérêt ou les limites de cet usage, l'UMR BIOEPAR a évalué l’efficacité et la pharmacocinétique1 de l’éprinomectine administrée par voie orale à 0,5 ou 1 mg/kg de poids vif chez la chèvre en conditions d’infestations expérimentale ou naturelle.

Parasite. © Inra-Oniris, C. Chartier
Parasite © Inra-Oniris, C. Chartier
Les résultats pharmacocinétiques montrent une absorption plus rapide et plus complète et donc une meilleure biodisponibilité du médicament par voie orale par rapport à la voie transcutanée. En outre, l’excrétion d’éprinomectine dans le lait reste toujours inférieure à la limite maximale de résidus (20µg/kg). L’efficacité est de plus de 99,8% vis-vis des principaux strongles gastro-intestinaux dès la posologie de 0,5 mg/kg. Ces données expliquent les bons résultats constatés sur le terrain. Néanmoins, l’usage de l’éprinomectine transcutanée par voie orale ne peut se faire que dans le cadre réglementaire de la prescription hors AMM (Autorisation de Mise sur le Marché). Par ailleurs, cette étude ne préjuge pas d’éventuels autres résidus liés à la formulation transcutanée que l’on pourrait retrouver dans le lait.

Partenaires : ce travail a été réalisé par l’UMR BIOEPAR (Inra Angers-Nantes) en collaboration avec l’équipe Inra Toxalim de Toulouse (A. Lespine).

Publication associée : Badie C., Lespine A., Devos J., Sutra J. F., & Chartier C. (2015). Kinetics and anthelmintic efficacy of topical eprinomectin when given orally to goats. Veterinary Parasitology, 209(1-2), 56-61. http://dx.doi.org/10.1016/j.vetpar.2015.02.013

1 Pharmacocinétique : étude du devenir d'une substance active contenue dans un médicament après son ingestion ou son administration dans l'organisme.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire, Occitanie-Toulouse