• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Un stress social module l’immunité chez le porc

Un axe corticotrope fort pourrait limiter les effets d’un stress aigu sur l’immunité.

Institut Technique du Porc, station d'expérimentation nationale porcine de Romillé (35). Local d'engraissement. Les porcelets sont regroupés dans des cases sur caillebotis équipées d'un nourrisseur collectif.. © Inra, MAITRE Christophe
Mis à jour le 13/01/2017
Publié le 10/01/2017

En élevage intensif, les porcs sont exposés à de nombreux facteurs de stress. Ces facteurs vont engendrer une réponse biologique de stress qui va aboutir à une libération, dans la voie sanguine, d’hormones du stress. La voie majeure est l’axe corticotrope, dont la principale hormone active est le cortisol. Ce dernier agit sur un grand nombre de cellules et de tissus et exerce, de ce fait, de nombreux effets sur le métabolisme, les fonctions cérébrales, le système immunitaire, les processus inflammatoires… Ces hormones peuvent affecter les réponses immunitaires d’un individu, càd la réponse de l’organisme face à un danger de type infection ou cancer. Ainsi, l’exposition aux facteurs de stress pourrait favoriser la survenue d’infections en élevage.

Avec l’intensification des pratiques d’élevage, la sélection génétique s’est essentiellement opérée sur des critères de production. Pourtant la sélection d’animaux robustes, qui combinent un fort potentiel de production et une bonne capacité d’adaptation à des environnements différents, est un enjeu majeur. Une nouvelle stratégie consiste à sélectionner des animaux selon la force de leur axe corticotrope, capables de produire plus de cortisol.

Les résultats obtenus par les chercheurs de l’USC Inra-Oniris IECM montrent qu’un stress, comme le mélange avec des congénères non familiers, induit une mobilisation leucocytaire et altère la plupart des fonctions immunitaires analysées. Pris individuellement, la majorité des paramètres immunitaires testés ne diffère pas entre les deux groupes de porcelets sélectionnés (avec un axe corticotrope fort ou faible). Néanmoins, une analyse multivariée suggère que les porcelets avec un axe corticotrope seraient plus résistants au stress social, ce qui encourage à poursuivre cette stratégie de sélection génétique pour produire des porcs robustes.

Au delà de cet enjeu, réduire le stress en élevage, c’est limiter ses effets délétères sur les fonctions immunitaires. Ainsi, la réduction des facteurs de stress en élevage, associée à la sélection génétique des porcs sur la force de l’axe corticotrope, pourrait contribuer à réduire l’utilisation des antibiotiques dans la filière porcine.

Partenaires : ce travail a été financé par l'Etat (tutelles Inra, Oniris et Université de Nantes) et par l’ANR SuSoStress (P. Mormède). Il a été réalisé par l’ l’USC Inra-Oniris , en collaboration avec les unités Inra, GenPhySE et GenESI et, ERIC (Université de Lyon 2). E. Bacou a bénéficié du soutien de la Région Pays de Loire et de l’Inra pendant sa thèse.

Publication associée : 2017- E. Bacou, K. Haurogné, G. Mignot, M. Allard, L. De Beaurepaire, J. Marchand, E. Terenina, Yvon Billon, J Jacques, J-M Bach, P Mormède, J Hervé and B. Lieubeau. Acute social stress-induced immunomodulation in pigs high and low responders to ACTH. Physiology & Behavior 169, 1-8.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Angers-Nantes Pays de la Loire, Occitanie-Toulouse, Bordeaux Aquitaine