• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Effet anti-inflammatoire des hormones du stress chez le porc

Une explication à la baisse des défenses immunitaires.

Porcelets élevés en groupe dans des loges. © J. Herve
Mis à jour le 08/09/2017
Publié le 29/08/2017

Chez les mammifères, les macrophages appartiennent à la première ligne de défense contre les agents pathogènes. Stimulés par des motifs microbiens, ils sont capables d’éliminer les pathogènes et de recruter au site infectieux les autres acteurs de l’immunité. En élevage intensif, les porcs sont soumis à de nombreuses sources de stress comme les mélanges successifs avec des congénères non familiers. Ces pratiques induisent chez les porcs la sécrétion d’hormones de stress (adrénaline et noradrénaline).

Dans ce travail, les chercheurs de l’unité IECM montrent que les macrophages expriment des récepteurs spécifiques les rendant sensibles aux hormones de stress. En particulier, l’adrénaline induit une baisse de la capacité des macrophages à sécréter un médiateur clé de l’inflammation, le TNFα, en réponse à une stimulation bactérienne. Le récepteur impliqué est le récepteur β2-adrénergique qui peut être stimulé spécifiquement par le formotérol. Si ce traitement n’affecte pas la capacité des macrophages à phagocyter et à neutraliser directement une bactérie, il prévient l’acquisition d’un phénotype pro-inflammatoire par les macrophages, limitant probablement leur capacité à attirer au site infectieux les autres acteurs cellulaires de l’immunité.

Ainsi, le stress ressenti par les porcs pourrait induire une baisse d’efficacité de la réponse anti-infectieuse. Considérant que le sevrage est une étape particulière de la vie des porcs caractérisée par l’exposition à de multiples facteurs de stress, les résultats obtenus pourraient expliquer en partie la baisse d’immunité au sevrage.

Partenaires : ce travail a été financé par l'Etat (tutelles Inra et Oniris). Il a été réalisé par l’unité IECM Inra-Oniris .E. Bacou a bénéficié du soutien de l’Inra et de la Région Pays de Loire pendant sa thèse.

Publication associée : 2017- E. Bacou, K. Haurogné, M. Allard, G. Mignot, J-M Bach, J Hervé and B. Lieubeau. β2-adrenoreceptor stimulation dampens the LPS-induced M1 polarization in pig macrophages. Developmental & Comparative Immunology, 76, 169-176.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire