• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

13ème réunion annuelle du groupe de travail "Tiques et maladies à tiques"

L'UMR BIOEPAR organisait pour la deuxième fois, après une première édition en 2007, la réunion annuelle du groupe de travail "Tiques et maladies à tiques", du 7 au 9 mars à Nantes.

Réunion annuelle du groupe de travail
Mis à jour le 15/03/2017
Publié le 07/03/2017
Mots-clés :

Le groupe de travail "Tiques et maladies à tiques" est l’un des 6 groupes au sein du Réseau Ecologie des Interactions Durables (REID). Il a réuni à Oniris, une cinquantaine de chercheurs / enseignants-chercheurs / étudiants de 17 laboratoires de recherche (dont 4 à l’étranger) travaillant sur les tiques et les maladies qu'elles transmettent (Anses, Cirad, Cnrs, écoles vétérinaires, Inra, universités...), mais aussi des vétérinaires et des médecins généralistes.

Une cinquantaine de participants à la journée TMT. © Inra
Une cinquantaine de participants à la journée TMT © Inra

Au programme, 22 conférences et une session spéciale qui était consacrée au lancement du plan national Lyme, avec la participation de membres du CNEV (Centre National d'Expertise sur les Vecteurs).

Olivier Plantard. © Inra
Olivier Plantard © Inra

"Ces 13èmes journées de notre groupe de travail ont permis des échanges très fructueux sur la complexité des maladies à tiques, ainsi que sur de nombreux aspects de la biologie de ces organismes et leurs interactions"

Olivier Plantard UMR Inra-Oniris BIOEPAR, membre du comité organisateur des journées.

Les travaux de l'UMR BIOEPAR ont été abordés lors de ces journées, notamment avec les interventions de :

  • Suzanne Bastian sur "Detecting zoonotic babesia in small mammals and Ixodes ricinus in western France".
  • Grégoire Perez sur "Le paysage et la structure de la communauté des micromammifères agissent différemment sur la prévalence d’Anaplasma phagocytophilum et de Borrelia burgdorferi sensu lato dans cette communauté"
  • Laurence Malandrin sur "Detecting mixed infections with genetic variants of Anaplasma phagocytophilum in roe deer (Capreolus capreolus) by anka cluster specific nested PCR".
  • Olivier Plantard sur "Le projet « britick islands » : les iles bretonnes comme laboratoires naturels pour étudier l’influence de la composition des communautes d’hôtes-vertébrés sur celles des tiques et des microorganismes hébergés/transmis".
  • Thierry Hoch sur "Intégrer les effets de la météorologie dans la modélisation de l'activité des populations de tiques Ixodes ricinus dans le contexte du changement climatique".
  • Pierre Charrier sur "Phylogenomic study of hard ticks using transcriptome sequencing".
  • Olivier Plantard sur "Caractérisation du profil lipidique de la tique Ixodes ricinus par chromatographie liquide haute pression couplée a la spectrométrie de masse de haute résolution (HPLC-HRMS) afin d’estimer le temps écoule depuis le dernier repas sanguin".

Sandrine Lacour (Chargée de Recherche à l'Anses) pendant sa communication. © Inra, S. Marion
Sandrine Lacour (Chargée de Recherche à l'Anses) pendant sa communication © Inra, S. Marion

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire
Tiques. © Inra

En savoir plus

Parmi les arthropodes vecteurs, les tiques sont considérées comme le groupe le plus important en santé animale (notamment pour les dégâts majeurs qu’elles occasionnent sur les animaux de production en zone tropicale) et le deuxième plus important en santé humaine (après les moustiques ; elles sont en effet vectrices de la maladie de Lyme, l’encéphalite à tique, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo…). Les changements globaux auxquels nous sommes confrontés (réchauffement climatique, augmentation des transports de marchandises et d’animaux, fragmentation forestière…) ont forcément un impact majeur sur l’abondance et la distribution des tiques, dont le temps de développement est lié à la température, la survie à l’humidité et la dispersion aux mouvements des hôtes.

C’est dans le cadre de travaux de ce groupe de travail que l’ouvrage collectif "Tiques et maladies à tiques : biologie, écologie évolutive, épidémiologie", paru en mai 2016, a établit une synthèse sur les connaissances sur la biologie de ces vecteurs.

En savoir plus : http://www.angers-nantes.inra.fr/Toutes-les-actualites/livre-tiques-et-maladies-a-tiques

En savoir plus sur le REID : http://www6.inra.fr/reid