• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Combiner résistance variétale et qualité chez la carotte

La sélection de carottes résistantes à l’alternariose et peu amères est possible

Test d’analyse sensorielle de carottes © CTIFL
Publié le 02/09/2019

Les producteurs de carottes sont demandeurs de variétés toujours plus résistantes à Alternaria dauci. Ce champignon pathogène provoque des brûlures foliaires (Alternariose), empêchant ainsi la récolte des carottes qui se fait par préhension des fanes. Si l’obtention de variétés hautement résistantes à ce pathogène est une priorité pour les sélectionneurs de l’espèce, les consommateurs sont, de leur côté, de plus en plus exigeants en matière de qualité gustative et souhaitent des carottes avec peu d’amertume. Alors que les facteurs de résistance au champignon ont été identifiés dans le génome, les régions génomiques impliquées dans l’amertume étaient inconnues au démarrage du projet Alterqual.

Dans le cadre de ce projet, des variétés de carotte présentant différents niveaux de résistance et d’amertume ainsi qu’une population combinant ces deux traits ont été évaluées sur 4 années au champ. Les analyses biochimique et sensorielle avec un panel de dégustateurs ont permis l’identification d’une dizaine de métabolites fortement liés à l’amertume. Les régions du génome impliquées dans l’accumulation de ces composés ont ensuite été identifiées. Globalement, les régions du génome impliquées dans la résistance à A. dauci sont différentes de celles qui contrôlent l’accumulation des métabolites liés à l’amertume.

Ces connaissances vont permettre de cumuler les zones du génome qui interviennent dans la résistance tout en évitant celles qui impacteraient trop fortement le goût amer des carottes. Ces résultats sont très utiles pour les sélectionneurs qui vont pouvoir développer des variétés hautement résistantes pour les producteurs tout en diminuant le niveau d’amertume des carottes ou tout au moins en évitant d’augmenter leur niveau.

Partenaires : cette étude a été menée par l’équipe Qualité et Résistance aux bioagresseurs des espèces légumières de l’UMR IRHS, en collaboration avec les stations Ctifl de St Rémy de Provence et de Balandran.

Financement : cette étude a été réalisée dans le cadre du projet Alterqual financé par FranceAgrimer

Publication associée : Le Clerc, V., Aubert, C., Cottet,V., Yovanopoulos, C., Piquet, M., Suel, A., Huet, S., Koutouan, C., Hamama, L., Chalot, G., Jost, M., Pumo, B., Briard, M. (2019). Breeding for carrot resistance to Alternaria dauci without compromising taste. Molecular Breeding, 39(4), 59.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire