• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

La dose d’antibiotique ne fait pas la résistance…

Selon le type de populations de bovins, le portage d’entérobactéries résistantes aux fluoroquinolones diffère, alors que la dose administrée est sans effet…

troupeau de bovins. © Inra, H. Seegers
Mis à jour le 11/04/2017
Publié le 30/03/2017

Exposées au antibiotiques utilisés en médecine vétérinaire, les bactéries commensales, normalement présentes dans le tube digestif, peuvent devenir résistantes et être transmises à l’Homme (lait, viande, produits transformés).

Une étude a évalué, sur plusieurs populations l'impact de deux doses uniques (2 ou 10 mg/kg) de marbofloxacine sur la flore commensale digestive de jeunes bovins (JB, 7-10 mois) ou de veaux (2-3 semaines). Le nombre d’entérobactéries totales et résistantes a été évalué dans les fèces prélevées avant le traitement et après le traitement jusqu’à 40 jours. Chez les JB, la marbofloxacine a eu un effet modéré et transitoire sur le nombre total d’enterobactéries. Seuls 2 animaux sur 48 étaient porteurs d’entérobactéries résistantes avant traitement et un seul JB a présenté des entérobactéries résistantes après traitement. Inversement, tous les veaux étaient porteurs d’entérobactéries résistantes avant traitement (en moyenne plus de 60% des entérobactéries). Après traitement, le nombre d’entérobactéries totales n’a pas été modifié par rapport aux animaux contrôle, alors que la proportion d’entérobactéries résistantes a légèrement augmenté.

Ces résultats montrent une différence spectaculaire du portage d’entérobactéries résistantes à la marbofloxacine entre les animaux étudiés. Les effets observés ne sont pas corrélés à la dose d’antibiotique administrée mais plutôt à la flore initialement présente. En effet, l’absence de modifications importantes ou durables des entérobactéries résistantes chez les animaux traités peut être expliquée, soit parce que les animaux n’étaient pas porteurs de souches résistantes pouvant être sélectionnées (JB), soit parce que les souches résistantes étaient déjà présentes en proportions majoritaires dans leurs flores digestives (veaux).

Au final, ces résultats incitent à développer les travaux pour comprendre et analyser les facteurs expliquant les niveaux de portage d’entérobactéries résistantes chez le veau dans un contexte d’usage prudent des antibiotiques pour la préservation de la santé publique.

Partenaires : travail mené en collaboration entre l'UMR BIOEPAR (Nantes) et UMR TOXALIM (Toulouse), la société Vétoquinol et le Groupement Ter’Elevage, dans le cadre de la thèse de doctorat de Guillaume Lhermie.

Publication associée : Lhermie, G., Dupouy, V., El Garch, F., Ravinet, N., Toutain, P.-L., Bousquet-Mélou, A., Seegers, H., & Assié, S. (2017 "In Press"). Impact of Low and High Doses of Marbofloxacin on the Selection of Resistant Enterobacteriaceae in the Commensal Gut Flora of Young Cattle: Discussion of Data from 2 Study Populations. Foodborne Pathogens and Disease.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire, Occitanie-Toulouse