• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

PREMIUM : préservation des bactéries lactiques [H2020-MSCA-RISE]

Elaboration de nouvelles stratégies pour la préservation à long terme des bactéries lactiques.

projet PREMIUM
Mis à jour le 17/04/2018
Publié le 10/04/2018

Le projet PREMIUM (PREservation of MIcroorganisms by Understanding the protective Mechanisms of oligosaccharides.) bénéficie d'un financement Marie Skłodowska-Curie Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE). Il a pour objectif d'élaborer de nouvelles stratégies pour la préservation à long terme des bactéries lactiques grâce à l’utilisation d’oligosaccharides issus de la biomasse et de procédés à faible impact environnemental. 

Les bactéries lactiques sont très utiles pour l’obtention de produits fermentés (ex: yaourts, fromages, crème) mais elles sont fragilisées par les opérations technologiques (congélation, lyophilisation, séchage par pulvérisation) qui diminuent leur viabilité et donc leur efficacité. Généralement, des molécules cryoprotectantes comme les disaccharides (sucrose, lactose, trehalose) sont utilisées. Cependant, les oligosaccharides tels que les fructo-oligosaccharides (FOS) et galacto-oligosaccharides (GOS) ont montré des effets comparables avec des propriétés et des avantages supplémentaires.

Ainsi, leur obtention par valorisation de la biomasse (chicorée, yacon, dahlia) ou de co-produits (lactose, petit-lait) et leurs propriétés prébiotiques confèrent à ces oligosaccharides une valeur ajoutée intéressante. Leur usage reste néanmoins actuellement limité en raison de l'absence de contrôle de leur efficacité en lien avec leur composition et de la méconnaissance des mécanismes d’interactions pour produire des oligosaccharides au bon degré de polymérisation (DP).

Les objectifs du projet PREMIUM sont de lever ces verrous scientifiques et technologiques en prenant en compte la qualité du produit du laboratoire à l'échelle industrielle et en réduisant l'empreinte environnementale du process.

Partenaires :

D'une durée de 4 ans (1er janvier 2018- 31 décembre 2022), ce projet est porté par l'Inra et implique 6 partenaires académiques européens situés en France, Espagne et Portugal ainsi qu'en Argentine et 3 partenaires industriels européens.

Marie-Hélène Ropers de l'unité BIA du centre Inra Pays de la Loire est responsable de l'un des workpackages qui a pour but de comprendre les interactions entre les membranes des bactéries lactiques et les oligosaccharides FOS/GOS. L'approche expérimentale et théorique sera conduite en lien avec l'Université de Coimbra au Portugal, AgroParisTech, l’Institut de sciences photoniques (ICFO) en Espagne et le CIDCA en Argentine.Elle s'appuiera sur des méthodes de biophysique pour élucider la structure des membranes et leur organisation en présence des oligosaccharides.

  • Partenaires académiques :
    • INRA (GMPA et BIA), France
    • AgroParisTech, France
    • Institute of Photonic Sciences (ICFO), Espagne
    • University of Madeira (Uma), Portugal
    • University of Coimbra (UC), Portugal
    • CONICET, Center for Research and Development in Food Cryotechnology (CIDCA), Argentine
  • Partenaires industriels :
    • Biosearch S.A., Espagne
    • Asymptote Ltd., UK 
    • Cryolog, France
  • Coordination : Fernanda Fonseca (INRA GMPA)

En savoir plus : https://www6.inra.fr/premium

Contact(s)
Centre(s) associé(s) :
Versailles-Grignon, Pays de la Loire