• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

PROTECT : Modéliser les effets du changement climatique sur la sécurité des aliments [Projet Marie-Curie ITN]

Formation de doctorants en modélisation avec acquisition de compétences sur l’appréciation quantitative du risque, les procédés alimentaires, les analyses de cycle de vie et l’aide à la décision.

Recherches menées sur la microbiologie et la sécurité des aliments © N. Mansion
Mis à jour le 09/10/2018
Publié le 05/10/2018

Le changement climatique et la sécurité alimentaire sont devenus des priorités de recherche interdépendantes dans le monde entier. En effet, Le changement climatique va provoquer des hausses de température et d’humidité relative, ceci va avoir un impact sur les contaminants microbiens : des bactéries et des moisissures qui ne se développaient pas ou peu jusque-là vont pouvoir le faire.
Pour relever le défi de l'Union Européenne de doubler la production alimentaire d'ici 2050 (pour répondre à la demande de la population) tout en gérant l'impact du changement climatique sur la sécurité sanitaire des aliments, il est nécessaire d'investir dans la recherche, et particulièrement dans la formation de jeunes chercheurs.

Le projet ITN (Innovative Training Networks) PROTECT (PRedictive mOdelling Tools to evaluate the Effects of Climate change on food safeTy) démarrera en avril 2019.  8 doctorants seront formés en modélisation avec acquisition de compétences aussi variées que l’appréciation quantitative du risque, les procédés alimentaires, les analyses de cycle de vie, l’aide à la décision.

L'UMR SECALIM sera leader d’un work package visant à réduire les risques de contamination par les mycotoxines et les microorganismes dans les produits laitiers. L'unité sera également en charge de la direction d’un doctorant travaillant sur les modèles d'évaluation quantitative de l'exposition microbienne, des matières premières à la consommation, de produits laitiers non réfrigérés. Enfin, l'UMR SECALIM sera co-encadrant d’un travail de thèse visant à développer un système d'aide à la décision multi-objectifs intégrant la sécurité sanitaire, la qualité des aliments, la durabilité de l'industrie alimentaire et sa compétitivité, l'impact environnemental des pratiques de production/consommation.

Partenaires : Le projet est porté par Enda Cummins de l’University College of Dublin. Il inclut 6 partenaires académiques (tous issus de projet Erasmus et Erasmus+ conduits ensemble), 6 partenaires industriels et l’organisation des nations Unis pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Microbiologie et chaîne alimentaire
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire