• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Malnutrition maternelle et métabolisme cérébral du tryptophane

L’altération à long terme observée chez la progéniture de ratte suggère une augmentation du risque de troubles cognitifs.

Malnutrition maternelle et altération du métabolisme du tryptophane. © Inra, F. Bolanos-Jimenez
Mis à jour le 03/02/2017
Publié le 26/01/2017

Le stade du développement allant de la conception à la fin de la petite enfance (6 ans de vie) est extrêmement sensible aux influences de l’environnement. Aussi, tout stimulus adverse pendant cette période peut laisser une empreinte sur le nouveau-né ou l’enfant qui impactera de manière négative son état de santé pour le restant de sa vie. Il a ainsi été montré que la malnutrition in utero et/ou pendant le développement néonatal, entraîne un risque accru de développer des maladies psychiatriques dont la dépression et la schizophrénie. Cependant, on ignore quel est le lien entre cette susceptibilité et le manque de nutriments pendant le développement précoce.

L’objectif de cette étude a été d’analyser chez le rat,le rôle potentiel du tryptophane en tant que "facteur programmateur" des désordres cognitifs induits par la dénutrition périnatale. Le tryptophane est un acide aminé essentiel qui sert de précurseur pour la synthèse dans l’organisme de plusieurs neurotransmetteurs dont la sérotonine et l’acide kynurénique. Ce dernier composé a été associé à la physiopathologie de la schizophrénie parce que les patients souffrant de cette maladie psychiatrique présentent des taux élevés d’acide kynurénique dans le sang et dans le cerveau.

L'UMR PHAN a montré, dans un modèle animal de dénutrition maternelle, que la consommation par la mère d’un régime carencé en protéines, pendant la grossesse et l’allaitement, altère de façon permanente le métabolisme du tryptophane dans le cerveau de sa progéniture. Notamment, la concentration cérébrale d’acide kynurénique est significativement augmentée chez des rats adultes de 7 mois nés de mères malnutries et allaités par elles malgré le fait qu’ils aient été nourris avec un régime standard depuis le sevrage (21 jours).

Cette observation suggère que, vu que la susceptibilité à développer des troubles cognitifs est associée à l’altération du métabolisme du tryptophane, la malnutrition précoce maternelle pourrait être sous-tendue par une altération du métabolisme du tryptophane.

Partenaires : Département d’anatomie, Université de Pernambuco, Brésil.

Publication associée : Honório de Melo Martimiano P., de Sa Braga Oliveira A., Ferchaud-Roucher V., Croyal M., Aguesse A.,, Grit I., Ouguerram K., Lopes de Souza S., Kaeffer B., Bolaños-Jiménez F. (2017). Maternal protein restriction during gestation and lactation in the rat results in increased brain levels of kynurenine and kynurenic acid in their adult offspring J Neurochem. 140(1):68-81. doi: 10.1111/jnc.13874.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Alimentation humaine
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire