• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Lactation et métabolisme de la descendance

L’alimentation maternelle durant la lactation impacte durablement le devenir métabolique des enfants.

Rate en train d'allaiter ses petits © A. Martin-Agnoux
Mis à jour le 13/02/2018
Publié le 01/02/2018

Le lait maternel est l’aliment le plus adapté pour satisfaire tous les besoins nutritionnels du nouveau-né, mais peu de données existent concernant son rôle dans le concept de programmation métabolique et donc dans le devenir de la descendance à l’âge adulte. Différents facteurs peuvent influencer la composition du lait maternel, dont l’alimentation de la mère.

Ainsi, dans un modèle rongeur, nous avons précédemment mis en évidence qu’une restriction protéique de l’alimentation maternelle périnatale entraine une modification du statut insulino-trophique et oxydant du lait, associée à une plus faible croissance postnatale et à une une baisse de sécrétion d’insuline dans la descendance allaitée. Ces premiers résultats suggéraient un rôle du lait maternel dans les modifications métaboliques de la descendance que nous avons démontré jusqu’à l’âge adulte.

Dans la présente étude, une analyse des métabolites sanguins et des profils lipidiques du foie de la descendance allaitée par des mères maintenues en restriction protéique montrent une signature métabolique spécifique tout au long de la vie. En particulier, les rats mâles allaités par des mères en restriction protéique présentent plusieurs biomarqueurs clés caractéristiques d’une meilleure utilisation des lipides, comparés à des rats contrôles. De plus, en réponse à un régime hypercalorique de 10 semaines, ces rats présentent un maintien de la sensibilité à l’insuline ainsi qu’un gain de masse grasse moindre.

Ces résultats montrent une adaptabilité métabolique de la descendance suite à une dénutrition protéique maternelle pendant la lactation. Cette étude renforce ainsi l’intérêt de mieux caractériser la composante nutritionnelle du lait maternel chez l’homme.     

Partenaires : cette étude a été réalisée dans le cadre de l’allocation de thèse d'Aurore Martin-Agnoux (UMR PHAN), financée par le Pôle Nantais Alimentation et Nutrition (PONAN).

Publication associée : A. Martin Agnoux, A. El Ghaziri, T. Moyon, A. Pagniez, A. David, G.Simard, P. Parnet, E.M. Qannari, D. Darmaun, J.-P. Antignac, M.-C. Alexandre-Gouabau. Maternal protein restriction during lactation induces early and lasting plasma metabolomic and hepatic lipidomic signatures of the offspring in a rodent programming model. The Journal of Nutritional Biochemistry JNB7888 in press; doi: 10.1016/j.jnutbio.2017.11.009

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Alimentation humaine
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire