• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Exposition alimentaire à des contaminants chimiques émergents

Observation de Dechloranes dans les produits d’origine animale et huiles végétales au Liban

Les aliments, vecteurs de dangers chimiques © R. Cariou
Mis à jour le 03/09/2019
Publié le 20/08/2019

Dans un contexte de santé publique, l’exposition alimentaire des populations humaines fait l’objet d’une attention particulière de la part des autorités sanitaires qui surveillent la prévalence d’un large panel de polluants chimiques déjà bien connus. En particulier les Dechloranes constituent une famille de retardateurs de flamme chlorés, d’intérêt industriel croissant, depuis les restrictions internationales imposées pour d’autres substances. Ils présentent néanmoins des propriétés de bio-accumulation et ont été détectés dans l’environnement pour la première fois en 2006, notamment dans des sandres prélevés entre 1980 et 2000 dans la région des Grands Lacs. Les rares études toxicologiques, qui appellent à être complétées, font état d’un stress oxydatif et d’effets génotoxiques.

Au Liban, ces contaminants lipophiles ont été recherchés pour la première fois, dans des produits d’origine animale (viande de bœuf et de volaille, poisson, œuf, produits laitiers) et des huiles végétales. Cinquante-huit échantillons ont été collectés en 2017 à Beyrouth. Cinq Dechloranes ont pu être quantifiés et 91% des échantillons contenaient au moins un type de Dechlorane à des niveaux variant de moins de 1 pg/g à presque 100 pg/g. L’exposition alimentaire pour la somme des Dechloranes a été estimée entre 3,7 et 5,6 ng/jour par adulte.

Ces valeurs sont toutefois très inférieures à celles rapportées pour d’autres familles de contaminants de l’environnement, tels que les polychlorobiphényles. Néanmoins, en l’absence de données toxicologiques, il convient de poursuivre l’évaluation en termes de santé publique.

Partenaires : ce travail a été mené dans le cadre d’une thèse en cotutelle internationale entre l'UMR Inra-Oniris LABERCA et l’Université Libanaise de Beyrouth.

Financement : Direction Générale de l’Alimentation du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Campus France et "Lebanese Association for Scientific Research".

Publication associée : Abdel Malak I, Cariou R, Guiffard I, Vénisseau A, Dervilly-Pinel G, Jaber F, Le Bizec B. Assessment of Dechlorane Plus and related compounds in foodstuffs and estimates of daily intake from Lebanese population. Chemosphere, 235, 492–497. https://doi.org/10.1016/j.chemosphere.2019.06.148

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Alimentation humaine
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire