• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Des microARNs mais un grand effet dans le diabète

Des microARNs de cellules du pancréas sont capables de moduler une réponse immunitaire via un nouveau mécanisme moléculaire.

Macrophage murin en microscopie à fluorescence : marquage des microARNs en vert et marquage des endosomes en rouge. Les endosomes du macrophage ayant capté des microARNs apparaisent en jaune (vert sur fond rouge). Echelle 5 microns.. © IECM/APEX
Mis à jour le 18/12/2014
Publié le 05/11/2014

Les mécanismes de modulation de l’immunité ne sont pas tous connus. Parfois, l’immunité se retourne contre soi-même et provoque une maladie auto-immune comme le diabète de type 1A qui correspond à la destruction des cellules insulino-sécrétrices dans le pancréas. Elucider de nouveaux mécanismes de contrôle de l’immunité permettra de stimuler les défenses immunitaires contre un microbe ou d’inhiber l’auto-immunité.

Parmi les molécules récemment identifiées comme modulant l’immunité, les microARNs, petits acides nucléiques de moins de 30 bases, ont été décrits pour leur capacité à diminuer, entre-autre dans des cellules de l’immunité, l’expression de gènes en protéines par un mécanisme appelé « interférence ». Nous venons de montrer que des microARNs de cellules insulino-sécrétrices sont capables de moduler, chez la souris, une réponse immunitaire et de prévenir le diabète auto-immun, par un autre mécanisme, en stimulant un récepteur de l’immunité innée, le TLR-7 (toll-like receptor).

Certains microARNs sont transportés d’une cellule à l’autre par des exosomes, nanoparticules ou vésicules de taille nanométrique émises par les cellules de l’organisme. Notre étude a montré aussi que les microARNs capables de stimuler les TLR-7, sont véhiculés dans des exosomes de cellules insulino-sécrétrices et jouent un rôle dans le contrôle de la sécrétion de cytokines pro-inflammatoires par cellules immunitaires murines.

Cette étude a été réalisée par une équipe de l’unité d’Immuno-endocrinologie cellulaire et moléculaire (IECM, EA4644 Oniris/Université, USC1383 INRA) alliant des forces et compétences INRA, vétérinaires, universitaires, en collaboration avec la plateforme APEX de l’UMR INRA -Oniris 703 PAnTher. Elle ouvre la voie à l’exploration d’un nouveau mécanisme d’action des microARNs dans le dialogue entre cellules et l’influence d’une cellule sur les fonctions d’une autre. Elle permet aussi d’envisager de nouvelles approches thérapeutiques basées sur l’utilisation de vecteurs exosomaux et de microARNs alliant propriétés interférentes et immunostimulantes.

Publication associée : Salama A., Fichou N., Allard M., Dubreil L., De Beaurepaire L., Viel A., Jegou D., Bosch S. and Bach J.M. (2014) MicroRNA-29b modulates innate and antigen-specific immune responses in mouse models of autoimmunity. Plos One Sep 9;9(9):e106153. doi: 10.1371/journal.pone.0106153.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire