• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Les recherches sur les tiques sur le site de Culture Sciences

Le site des sciences pour les jeunes en Pays de la Loire propose un reportage sur les recherches menées sur les tiques, à l'UMR BIOEPAR.

Olivier Plantard, directeur de recherche à l'Inra. © Culture sciences
Mis à jour le 25/02/2016
Publié le 09/11/2015

Sur le thème de la biodiversité et la santé, le site de Culture Sciences (le site des sciences pour les jeunes en Pays de la Loire) s’intéresse au travail des chercheurs qui étudient les tiques, avec la propagation de maladies, la cohabitation des espèces dans un écosystème et leur rôle dans l’épidémiologie de ces maladies...

Vous découvrirez dans ce documentaire les recherches faites à l'UMR BIOEPAR Inra Angers-Nantes/Oniris ,sur les tiques, deuxième vecteur de maladies infectieuses dans le monde. L'unité possède d'ailleurs une collection de tiques venues du monde entier. Pour mieux comprendre le rôle des tiques dans différents écosystèmes, les chercheurs étudient les animaux sauvages notamment pour comprendre comment se dispersent les tiques. Ils étudient également leur diversité génétique en laboratoire.

Voir le documentaire >>>

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire

En savoir plus

Le projet OSCAR (Outil de Simulation Cartographique à l'échelle du paysage Agricole du Risque acarologique)

Dans les paysages agricoles bocagers où l’élevage bovin occupe une surface importante, les pâtures jouxtent des écosystèmes naturels variés (forêts, haies, landes...). Les surfaces exploitées par les animaux domestiques y sont aussi fréquentées par une faune sauvage diversifiée. Or les bovins partagent avec ces animaux de nombreux agents pathogènes. Même en l’absence de contact direct entre eux, le passage d’agents pathogènes est possible via des vecteurs communs. A ce titre, les tiques sont considérées comme les principaux arthropodes vecteurs de maladies en Europe, notamment pour leur rôle en santé humaine (maladie de Lyme, encéphalite à tique...). Elles transmettent aussi de nombreux agents pathogènes aux bovins (anaplasmose granulocytaire, piroplasmose bovine -...).
Le projet OSCAR a pour objectif d’explorer les conséquences des changements globaux et plus particulièrement des changements d’utilisation des terres à l’échelle du paysage sur le risque acarologique (densité de tiques infectées) à travers un outil de simulation cartographique basé sur un modèle de dynamique des populations spatialisés.
Cette étude est réalisée dans deux zones ateliers correspondant à deux niveaux différents de fragmentation forestière : la zone Atelier « Armorique » autour de Pleine Fougères (Ille et Vilaine) et la zone Atelier « Vallons et coteaux de Gascogne » autour d’Aurignac (Haute-Garonne). 

Le projet OSCAR est coordonné par Olivier Plantard (UMR BioEpAR) et implique 5 laboratoires :

  • BioEpAR (centre INRA Angers-Nantes)
  • CEFS (centre INRA de Toulouse)
  • EpiA (centre INRA de Clermont Ferrand Theix)
  • EcoBio (délégation CNRS Bretagne et Pays de la Loire)
  • MIVEGEC (délégation CNRS Languedoc-Roussillon)

Le programme porte à la fois sur les acariens vecteurs des agents pathogènes et sur les animaux "hôtes". C'est pourquoi il associe des spécialistes de l'écologie des tiques, des micromammifères et des chevreuils, mais aussi des dynamiciens et généticiens des populations, ainsi que des épidémiologistes.

Le projet CC-EID (financé dans le cadre du MP ACCAF) :

http://www.accaf.inra.fr/Actions-et-Projets/Adaptation-et-sante-animale-et-vegetale/CC-EID