• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Coordonner pour mieux maîtriser

Orienter les décisions individuelles de maîtrise de la santé animale améliore la situation sanitaire collective.

Prédire la dynamique temporelle de la situation sanitaire régionale et adapter l’incitation collective pour favoriser des décisions individuelles pertinentes. © S. Krebs
Mis à jour le 10/09/2018
Publié le 07/09/2018

Lutter contre les maladies animales infectieuses nécessite souvent une action coordonnée entre les gestionnaires. Pour les maladies non réglementées, chaque éleveur choisit de mettre en place ou non des mesures de maîtrise. Les décisions individuelles influencent non seulement la situation sanitaire de l’exploitation, mais aussi celle des exploitations en contact (via le commerce, par proximité géographique, etc.), soit positivement si la maîtrise est efficace, soit négativement en l’absence de maîtrise ou en cas de mesures inefficaces. Orienter les décisions individuelles permettrait d’améliorer la situation sanitaire collective. Cependant, le gestionnaire collectif ne connaît pas toujours l’orientation à privilégier pour une coordination optimale, qui peut de plus varier dans le temps et entre exploitations.

Pour faciliter l'identification d’un système d'incitation qui s'adapte à la situation épidémiologique et minimise l'impact économique collectif, un modèle a été proposé qui détermine la politique d’incitation optimale. Cette politique comprend un très grand nombre de règles. Pour la rendre lisible et utilisable en pratique, elle est résumée par un plan d'action simple mais qui évolue dans le temps avec la situation sanitaire.

A titre d’exemple, cette approche a été appliquée à la gestion collective du syndrome dysgénésique respiratoire porcin, maladie virale endémique à l'échelle mondiale ayant de lourdes répercussions en production porcine. Le plan d’action identifie les modalités dynamiques optimales de maîtrise pour éradiquer le virus.

Le modèle développé peut être appliqué à tout trouble de santé pour lequel une gestion collective est pertinente. Le plan d’action qui en découle fournit un outil pour les gestionnaires collectifs de la santé animale (groupements de producteurs / organismes à vocation sanitaire).

Partenaires : ces travaux s’inscrivent dans le projet Investissement d’Avenir ANR-10-BINF-07 (MIHMES), cofinancé par le FEDER Pays de la Loire, coordonné par P. Ezanno de l’unité BIOEPAR (INRA, Oniris), en partenariat avec les unités CESAER (AgroSup Dijon, INRA, Univ. Bourgogne Franche-Comté) et GREYC (Normandie Univ., UNICAEN, ENSICAEN, CNRS).

Publication associée : Viet, A. F., Krebs, S., Rat-Aspert, O., Jeanpierre, L., Belloc, C., & Ezanno, P. (2018). A modelling framework based on MDP to coordinate farmers' disease control decisions at a regional scale. PloS One, 13(6), e0197612, http://doi.org/10.1371/journal.pone.0197612

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire, Dijon Bourgogne Franche-Comté