Carrefours de l'Innovation Agronomique de l’Inra : allergies, intolérances et hypersensibilités alimentaires

Cette journée du Ciag, qui s'est tenue le 17 juin 2016 à Paris, a porté principalement sur la question des outils prédictifs du risque allergique dont les industriels peuvent disposer avant le développement et la mise en marché de nouveaux produits.

Colette Larré, Inra Angers-Nantes, et Stéphane Hazebrouck, Inra-CEA - SPI Saclay, lors du Ciag sur l'allergie. © Inra
Publié le 28/06/2016
Mots-clés :

 Les Carrefours de l'Innovation Agronomique (CIAG) sont un outil de diffusion des projets et résultats de recherche de l'Inra et d’autres opérateurs de recherche-développement au service de l'Innovation. Cette 10ème édition du pilier Alimentation des CIAG qui portait sur « Allergies, intolérances et hypersensibilités alimentaires » a réuni une centaine de participants : praticiens de santé, chercheurs en science des aliments et industriels.

A ce jour, différents types d’affections causées par l’alimentation sont reconnus. L’allergie alimentaire se caractérise par une réaction immunologique acquise dirigée contre  des protéines allergéniques présentes dans un aliment. La prévalence de cette maladie (4% des adultes et 8 % des enfants) qui semble être en évolution, la gravité des symptômes chez certains individus et la difficulté à suivre des régimes d’éviction font de l’allergie alimentaire un problème de santé publique. Au côté des allergies, des intolérances au lactose ou au gluten sont bien connues. Dans le cas du gluten, il s’agit de la maladie cœliaque dont lorigine est auto-immune  (altération de la muqueuse intestinale, marqueurs sériques et génétiques bien caractérisés) . L’hypersensibilité au gluten non cœliaque est une nouvelle affection  dont l’étiologie est controversée : quel constituant du blé pourrait en être la cause, gluten, FODMAPs, ATI ? Quels sont les individus qui y seraient susceptibles. A la différence de l’allergie ou de la maladie cœliaque, on ne dispose pas de marqueurs biologiques ni d’une description reconnue des mécanismes.

Pour répondre à cet enjeu, il s’agit de mieux comprendre, à travers la description des processus physiologiques, la réactivité des patients allergiques, intolérants et hypersensibles, notamment à des faibles doses d'allergènes ou de facteurs déclenchants et de disposer de méthodes permettant d’identifier, de caractériser et de détecter des allergènes dans des matrices alimentaires de plus en plus complexes.

Outre les évolutions sociales et comportementales, une hypothèse, fréquemment avancée, concerne les modifications de l’allergénicité des aliments pendant leur transformation industrielle. Dans quelle mesure le développement de nouveaux aliments, l’enrichissement en protéines végétales de notre alimentation ou le recours à des laits alternatifs ne seront-ils pas susceptibles, à leur tour, d’augmenter le risque allergique ? Sur ces voies d’innovation, de quels outils prédictifs du risque allergique les industriels peuvent-ils disposer avant le développement et la mise en marché de nouveaux produits ?
Le colloque a été ouvert par Catherine Esnouf, Directrice Scientifique adjointe Alimentation de l'Inra.

Colette Larré, unité BIA, Inra Angers-Nantes. © Inra
Colette Larré, unité BIA, Inra Angers-Nantes © Inra
Olivier Tranquet, unité BIA, Inra Angers-Nantes. © Inra
Olivier Tranquet, unité BIA, Inra Angers-Nantes © Inra

Au programme :    

  • La séquence introductive "des pathologies variées : bases biologiques des allergies, intolérances et hypersensibilités alimentaires" était animée par  Christophe Dupont, Hôpital Universitaire Necker-Enfants Malades
  • Session 1 : Interactions aliments /allergènes / hôtes
    • Allergies alimentaires : mécanismes, biomarqueurs et impact de différents facteurs environnementaux par Karine Adel-Patient, Inra-CEA Saclay
    • La maladie coéliaque par Georgia Malamut, APHP
    • Hypersensibilités et intolérances alimentaires (autres que l’allergie et la maladie cœoeliaque) par Corinne Bouteloup, CHU Clermont-Ferrand
  • Session 2 : Identifier, caractériser et détecter des allergènes notamment pour le contrôle des aliments
    • Projet MANOE (Maîtrise Allergène NutritiOn Enfant). Etude de la réactivité de patients allergiques à des faibles doses d'allergènes (blé, œuf, lait, arachide). Détection et quantification des allergènes présents à faibles doses dans des matrices alimentaires complexes par Olivier Tranquet, UR BIA, Inra Angers-Nantes
    • La traque des allergènes masqués dans l’alimentation. Exemples de l’extraction et de la détection immunochimique des protéines de l’arachide et du lait par Hervé Bernard, Inra
    • Identifier, caractériser et détecter des allergènes notamment pour le contrôle des aliments
    • Le sans gluten – Vie pratique par Catherine Remillieux-Rast, AFDIAG
  • Session 3 : Nouveaux aliments
    • Protéines végétales et risque allergique par Colette Larré, UR BIA, Inra Angers-Nantes
    • Laits de chèvre, d’ânesse et de chamelle : une alternative en cas d’allergie au lait de vache ? par Stéphane Hazebrouck, Inra-CEA - SPI Saclay
  • Séquence conclusive
    • Evaluation de l’allergénicité des nouvelles protéines par Corinne Herouet-Guicheney, CropLife International
    • Améliorer l’évaluation de l’allergénicité de nouvelles protéines alimentaires : quels outils pour le futur ? par Sandra Denery-Papini, UR BIA, Inra Angers- Nantes.