• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

CAMPILOW : une flore compétitive pour la réduction de Campylobacter

Nourrir nos poulets avec des probiotiques, un moyen de lutter contre Campylobacter dans notre assiette.

Poules en cage de contrôle individuel de ponte.. © Inra, WEBER Jean
Mis à jour le 10/12/2015
Publié le 02/07/2015

Le projet régional (Régions Pays de la Loire et Bretagne) CAMPILOW :

Selon l’EFSA (agence européenne de sécurité des aliments), les campylobactérioses sont les zoonoses les plus fréquemment rapportées ces cinq dernières années. La consommation de viande de volailles insuffisamment cuite ou d’aliments crus ayant été en contact avec de la viande de volailles crue sont les principales sources de la contamination de l’Homme.

Sous l’influence de l’Europe et des pays importateurs, la gestion du risque Campylobacter constitue un enjeu économique et sanitaire déterminant pour les industriels de la filière volailles. Il devient donc nécessaire de développer des options de maîtrise de la contamination des viandes de volaille par Campylobacter à chaque étape de la chaîne alimentaire.Cette bactérie naturellement présente dans le tractus digestif des oiseaux,contamine et peut persister ainsi à toutes les étapes de la chaîne de transformation de la viande de volailles. Outre les stratégies de maîtrise par le respect des procédures d’hygiène et la cuisson, il est nécessaire de disposer de méthodes complémentaires en amont pour limiter ce risque.

L’une des approches développées au sein de l’UMR SECALIM est la réduction du taux de portage digestif de Campylobacter par la volaille par l’apport, via l’alimentation, de bactéries lactiques à action probiotique. Dans ce contexte, le programme de recherche CampiLow cofinancé par les Régions Pays de la Loire et Bretagne se propose de confirmer par des études in vitro, et in vivo le pouvoir antagoniste de la souche Lactobacillus salivarius SMXD51, potentiellement probiotique et active contre Campylobacter, dans le but de l’utiliser à terme dans l’alimentation des poulets de chair.

Ce projet s’étend de juin 2014 à juin 2016.

Partenaires :

  • UMR1014 SECALIM : X. Dousset, N. Haddad, S. Messaoudi, M. Saint-Cyr
  • HQPAP, Anses, Ploufragan : M. Chemaly, M. Guyard
  • Industriels (Terrena et Nutrea), producteur de ferments (Jefo Europe)
Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire