Etienne Bucher, lauréat d'une ERC Consolidator Grant

Etienne Bucher, épigénéticien angevin arrivé en 2014 à l’UMR IRHS dans le cadre d’un projet Connect Talent, vient d’obtenir une bourse du Conseil européen de la recherche (ERC) dans la catégorie Consolidator Grants. Avec son projet BUNGEE, il propose un saut technologique majeur dans l’amélioration des plantes.

Etienne Bucher, UMR IRHS, Angers. © Université d'Angers, C. Paquereau
Mis à jour le 27/12/2016
Publié le 06/12/2016

Etienne Bucher, 42 ans, dirige l’équipe EpiCenter de l’UMR IRHS. Il travaille sur l’épigénétique végétale, l’étude des mécanismes d’héritabilité qui sont indépendants de la séquence d’ADN. Etienne s’intéresse à la capacité de mémoire des plantes, notamment sur le rôle des modifications épigénétiques dans le contrôle de la résistance et du développement des plantes.

Etienne Bucher, responsable de l'équipe EpiCenter à l'UMR IRHS à Angers. © Inra, N. Mansion
Etienne Bucher, responsable de l'équipe EpiCenter à l'UMR IRHS à Angers © Inra, N. Mansion
Bio express :
Chercheur suisse, Etienne Bucher est titulaire d’un Master en génétique de l’Université de Bâle. Il a obtenu son doctorat en virologie végétale à l’Université de Wageningen (Pays Bas). Lors de son premier post-doctorat, à l’Institut Gregor Mendel à Vienne, il a étudié le rôle de l’épigénétique dans le contrôle de l’expression des gènes chez les plantes. Il a continué un deuxième post-doctorat, à l’Université de Genève, sur le même sujet. Etienne a ensuite retrouvé l’Université de Bâle pour y établir son propre groupe de recherche centré sur l’épigénétique. Lauréat d’un Connect Talent porté par l'Université d'Angers, il intègre l’UMR IRHS en septembre 2014.

 

La bourse ERC

Le Conseil européen de la recherche (en anglais, European Research Council ou ERC) est un organe de l'Union européenne chargé de coordonner les efforts de la recherche entre les états membres de l'Union européenne.

Le Conseil européen de la recherche ou "European Research Council" (ERC) récompense chaque année des chercheurs aux idées novatrices et vise ainsi à encourager une "recherche à la frontière de la connaissance dont l’unique critère de sélection est l’excellence".

 

Une approche originale

"Le projet espère apporter des réponses à des problématiques mondiales telles que le réchauffement climatique et le de développement d’une agriculture durable."

Etienne Bucher

Le projet BUNGEE, Directed crop breeding using jumping genes, a pour ambition d’améliorer les plantes en accélérant leur évolution naturelle, afin qu’elles s’adaptent plus rapidement aux stress environnants.

"L’idée est de modifier la manière dont  une plante répond a un certain stress (sècheresse, chaleur, froid, salinité…) pour qu’elle soit mieux adaptée à son environnement" explique Etienne Bucher. "Les outils qu’on utilise actuellement dans l’amélioration des plantes sont ceux de la génétique classique (le croisement entre variétés, mais c’est un processus très lent) ou les OGM. Ce projet propose une nouvelle méthode : utiliser les éléments transposables qui sont présents dans le génome pour améliorer les plantes (et rendre ainsi ces plantes résistantes à certains stress)".

Un peu de méthodologie...
La majorité des effets connus sur la mémoire sont liés à des éléments transposables (des gènes qui peuvent bouger dans le génome). Or il est difficile d'utiliser ces éléments transposables, qui sont déjà présents dans les génomes, pour améliorer les plantes (on sait que ces éléments transposables ont joué un rôle important dans l’évolution des plantes, notamment dans l’adaptation au stress). Avec son doctorant basé à Bâle, Etienne Bucher a trouvé un nouveau mécanisme qui réprime la mobilité des transposons ainsi qu’une molécule qui peut inhiber ce mécanisme (en mobilisant des éléments du génome). "Ces molécules font que le transposon va se multiplier dans le génome afin que de nouveaux de gènes réagissent au stress. Il est ainsi possible d’accélérer l’évolution de la plante qui peut ainsi s’adapter plus vite au stress qu’elle subit", explique Etienne.
Cette étude a un effet sur la manière de créer de nouvelles variétés : il est ainsi possible d’utiliser directement une lignée élite et de la faire évoluer plus rapidement sans faire de croisement. Ce mécanisme peut fonctionner avec des stress biotics ou abiotics.

Dans le projet BUNGEE, les études vont porter sur le riz, le soja et vont être aussi testées sur le pommier.

  • Pour le riz, ces études se feront en partenariat avec Taïwan (pour les essais en champs).
  • Pour le soja (pour lequel 32 M de tonnes sont importées chaque année en Europe, et 1 M de tonnes produites en Europe), la collaboration se fera avec la Suisse.

"Le succès du projet BUNGEE, porté par Etienne Bucher à cet appel d'offre prestigieux qu’est l'ERC, sera à coup sûr un booster pour notre laboratoire et lui assurera un positionnement international de tout premier plan sur ce front de science. Il aura également un effet d’entrainement et d'émulation pour les autres thématiques du laboratoire. Plus largement, il ouvre de nouvelles opportunités de collaborations avec les acteurs économiques du territoire pour apporter des solutions innovantes aux questions posées par l’adaptation du végétal à son environnement."

Jean-Pierre Renou, Directeur de l'UMR IRHS

Jean-Pierre Renou (Directeur de l'UMR IRHS), Etienne Bucher (lauréat de la bourse ERC) et Philippe Simoneau (Professeur à l'Université d'Angers, Directeur adjoint de l'UMR IRHS et Vice-Président Recherche de l'Université d'Angers). © Inra, N. Mansion
Jean-Pierre Renou (Directeur de l'UMR IRHS), Etienne Bucher (lauréat de la bourse ERC) et Philippe Simoneau (Professeur à l'Université d'Angers, Directeur adjoint de l'UMR IRHS et Vice-Président Recherche de l'Université d'Angers) © Inra, N. Mansion

"Etienne Bucher, qui a rejoint notre Institut de Recherche en Horticulture et Semences (IRHS) il y a deux ans dans le cadre d’une chaire d’excellence Connect Talent de la Région Pays de la Loire, vient d’être lauréat d’une bourse ERC. Ce succès à un programme qui finance l’excellence scientifique à la frontière des connaissances lui confère une visibilité internationale indéniable et constitue une formidable opportunité pour l’ensemble du pôle végétal régional."

Philippe Simoneau, UMR IRHS et Vice-Président Recherche à l'Université d'Angers

L’équipe EpiCenter de l’UMR IRHS

Equipe EpiCenter de l'UMR IRHS. © Université d'Angers, C. Paquereau
Equipe EpiCenter de l'UMR IRHS © Université d'Angers, C. Paquereau

L'équipe Epicenter est composée de 9 membres : le responsable d’équipe, 2 post-doctorants, 3 doctorants et 3 permanents.

Avec le projet BUNGEE, doté d'un montant de près de 2 millions d’euros sur cinq ans, le chercheur va pouvoir intensifier ses travaux avec notamment le recrutement de 3 nouveaux post-doctorants et 3 nouveaux doctorants au cours de ces 5 ans. 2 colloques internationaux sont également prévus, dont le premier dès 2018.

En savoir plus sur l'équipe : http://www6.angers-nantes.inra.fr/irhs_eng/Research/EpiCenter

Contact(s)
Département(s) associé(s) :
Biologie et amélioration des plantes
Centre(s) associé(s) :
Angers-Nantes Pays de la Loire