• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Comment le champignon Alternaria s’adapte à la phase de dessiccation des semences ?

Dans la pathologie d'Alternaria brassicicola transmis par les semences, des protéines de type hydrophilines ont été identifiées

Spores (indiquées par les flèches) d’A. brassicicola sur semences d’Arabidopsis thaliana. © C. Campion
Mis à jour le 18/10/2019
Publié le 17/10/2019

Certains agents pathogènes tels qu’Alternaria brassicicola, sont capables de se conserver au niveau des semences et de se transmettre ainsi à la plantule à venir. Pour déployer ce type de stratégie parasitaire, ces organismes se doivent de mettre en œuvre de mécanismes particuliers de tolérance aux contraintes hydriques auxquels ils sont soumis au cours de la phase de dessiccation de la semence. Les protéines de type hydrophilines présentent des caractéristiques physico-chimiques particulières et peuvent participer à la protection des cellules contre des stress hydriques.

À partir de la séquence génomique d’A. brassicicola, et en se basant sur des critères structuraux et d’expression, un répertoire de 20 hydrophilines a été identifié. Le rôle de deux de ces hydrophilines au cours du cycle infectieux a ensuite été étudié en générant des mutants fongiques incapables de produire l’une ou l’autre de ces protéines. Chacun de ces mutants conserve intacte ses capacités d'infection sur feuille. Ils sont par contre fortement affectés dans leur capacité à se transmettre aux semences, confirmant que ces deux acteurs de la réponse aux stress hydriques jouent un rôle majeur dans cette étape clé du cycle infectieux.

La compréhension et caractérisation des mécanismes de transmission des agents pathogènes aux semences constitue une étape cruciale pour envisager le déploiement de stratégies innovantes visant à limiter les pathologies sur semences.

Partenaires : cette étude a été menée par l’unité IRHS en collaboration avec l'unité EBI (Ecologie et Biologie des Interactions, CNRS - Université de Poitiers)

Financeurs : cette étude a été développée dans le cadre du projet FUNHY financée par le RFI Objectif Végétal.

Publication associée : N’Guyen G, Raulo R, Marchi M, Agustí-Brisach C, Iacomi B, Pelletier S, Renou JP, Bataillé-Simoneau N, Campion C, Bastide F, Hamon B, Mouchès C, Porcheron B, Lemoine R, Kwasiborski A, Simoneau P, Guillemette T. Responses to hydric stress in the seed-borne necrotrophic fungus Alternaria brassicicola, Frontiers in microbiology, doi: 10.3389/fmicb.2019.01969.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé des plantes et environnement
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire