• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Texture de la pomme

Les facteurs environnementaux sont à prendre compte pour mieux comprendre son contrôle génétique.

Texture de la pomme. © Inra, IRHS Angers
Mis à jour le 19/01/2016
Publié le 17/01/2016

La qualité organoleptique des fruits est le premier critère de choix des consommateurs. Pour les fruits climatériques tels que la pomme, les modifications texturales liées au processus naturel de maturation se poursuivent après récolte. Les pommes stockées au froid perdent de leur fermeté et de leur jutosité avec une intensité plus au moins importante selon les variétés. Cette variabilité texturale rend difficile la gestion et la commercialisation de fruits de bonne qualité. Ces enjeux majeurs pour la filière pomme conduisent à identifier les déterminants génétiques de la texture du fruit à la récolte et après conservation afin de faciliter la sélection de variétés adaptées.

L’évaluation sensorielle et instrumentale de la texture des pommes durant deux années  a permis de disséquer la complexité des changements texturaux post récolte. Après deux mois de conservation au froid, le ramollissement global des pommes est accompagné d’une augmentation de la farinosité de la chair. L’héritabilité de tous les caractères étudiés est élevée et l’interaction (génotype x durée de conservation) est hautement significative. Après la construction d’une carte génétique, de nombreux "Quantitative Trait Loci, QTLs" associés à la texture ont été identifiés avec des effets faibles à forts, confirmant le contrôle multigénique complexe des modifications texturales du fruit. Les QTLs associés à la perception sensorielle du croquant, des fibres, du grain et de la fermeté du fruit ont été principalement localisés dans le bas du chromosome 10 ; ils expliquent jusqu’à 54% de la variabilité. Tous les QTLs détectés sont spécifiques à une année et à une durée de conservation. Ceci met en évidence l’importance des conditions environnementales sur la qualité du fruit. Le déterminisme génétique de la fermeté du fruit varie peu avec la méthode de mesure (pénétrométrie et compression).

Cette étude menée par l'UMR IRHS en collaboration avec l'unité BIA, confirme l’importance de la prise en compte des facteurs environnementaux à la récolte et en post récolte afin de mieux comprendre le déterminisme génétique de ces caractères. Des régions génomiques associées à la texture du fruit appréciée à la fois par la dégustation et la mesure instrumentale ont été identifiées. Dans le futur, des marqueurs associés à ce caractère seront développés pour sélectionner de nouveaux cultivars répondant aux attentes du consommateur.

Phenotypage de la texture de la pomme. © Inra, UMR IRHS
Phenotypage de la texture de la pomme © Inra, UMR IRHS

Partenaires : ce travail a été financé par the EU seventh Framework Program FruitBreedomics, No. 265582: Integrated Approach for increasing breeding efficiency in fruit tree crops.

Publication associée :
Inès Ben Sadok, Aline Tiecher, Didiana Galvez-Lopez, Marc Lahaye, Pauline Lasserre-Zuber, Maryline Bruneau, Sylvain Hanteville, Roland Robic, Raphael Cournol, François Laurens (2015) Apple fruit texture QTLs: year and cold storage effects on sensory and instrumental traits. Tree Genetics and Genome 11:119. DOI 10.1007/s11295-015-0947-x

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Biologie et amélioration des plantes
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire