• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Stratégies de contrôle des maladies vectorielles

Approche par modélisation appliquée à la Fièvre Hémorragique de Crimée-Congo, transmise par une tique.

Transmission de maladies par une tique
Mis à jour le 10/09/2018
Publié le 30/08/2018

La Fièvre Hémorragique de Crimée-Congo est une maladie en ré-émergence, notamment en Turquie, où il a été rapporté plus de 7000 cas entre 2002 et 2012, dont 5% se sont avérés mortels. Cette maladie est due à un virus (CCHFV) principalement transmis par une tique, Hyalomma marginatum, dans cette zone. Cette tique se nourrit principalement sur des hôtes rongeurs (lièvres) et des ruminants (bovins dans le cas présent).

Un modèle mathématique a été développé à l’UMR BIOEPAR afin de pouvoir tester par simulation différentes stratégies de maîtrise de l’infection. Le développement d’un tel modèle résulte du couplage entre un modèle de dynamique de populations de la tique et d’un modèle de transmission du virus et prend en compte l’effet des conditions météorologiques et de la densité d’hôtes sur la dynamique de l’infection. Ce modèle permet de simuler de manière réaliste la dynamique de populations de la tique et la prévalence de l’infection chez les bovins.

Deux grands types de stratégie de maîtrise ont été par la suite testés : un traitement acaricide et une baisse de la densité de lièvres, hôtes des stades immatures (larve et nymphe) de la tique. Le résultat des simulations montre que si les traitements acaricides permettent de diminuer la prévalence chez les bovins, une décroissance du risque pour l’Homme serait surtout obtenue par une action sur la densité de lièvres.

Les recherches actuelles portent sur l’influence du changement climatique sur la distribution de la tique H. marginatum. Elles ont montré une installation de la tique dans le Sud de la France (Vial et al, 2016 ou dossier Inra "Tactiques anti-tiques").

Partenaires : Cette étude a été menée au sein de l’UMR BIOEPAR, dans le cadre du projet européen EDENext (FP7). Les travaux sur la distribution de la tique H. marginatum en France, initiés par des chercheurs du CIRAD (UMR ASTRE), s’inscrivent dans le projet Climatick (méta-programme ACCAF), coordonné par K. Chalvet-Monfray (UMR EpiA).

Publications associées : Hoch, T., Breton, E., and Vatansever, Z. 2018. Dynamic Modeling of Crimean Congo Hemorrhagic Fever Virus (CCHFV) Spread to Test Control Strategies. Journal of Medical Entomology. 55:1124-1132. DOI: 10.1093/jme/tjy035.
Hoch, T., Breton, E., Josse, M., Deniz, A., Guven, E., and Vatansever, Z. 2016. Identifying main drivers and testing control strategies for CCHFV spread. Experimental and Applied Acarology 68(3):347-359.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire, Occitanie-Montpellier, Auvergne - Rhône-Alpes