• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

La vache, le lait et les oméga-3

La graine de lin extrudée améliore la composition fine du lait sans altérer les performances de la vache.

Fleur de lin. © SLAGMULDER Christian
Mis à jour le 08/06/2017
Publié le 05/06/2017

Depuis plusieurs dizaines d’années, le rapport oméga-6/oméga-3 augmente dans l’assiette des consommateurs… et dans l’assiette des vaches laitières avec la réduction du pâturage. Or un équilibre entre ces deux familles d’acides gras polyinsaturés est essentiel au bon fonctionnement de l’organisme. Non synthétisable par les animaux, le précurseur des omégas-3 à longue chaine (l’acide α-linolénique) doit être apporté par l’alimentation. Ainsi, des chercheurs de l’UMR Inra-Oniris BIOEPAR ont étudié, à partir de données issues de 21 essais de la littérature scientifique, les effets de l’apport de graines de lin extrudées, riches en acide α-linolénique, sur la qualité de la matière grasse du lait, et simultanément sur les performances animales.

Le lait issu de vaches laitières ayant ingéré de la graine de lin extrudée contient moins d’acides gras saturés, plus d’acide oléique, et plus d’acides gras polyinsaturés incluant l’acide ruménique et l’acide α-linolénique. Plus l’apport de graines de lin est élevé, plus l’effet est important. Cette modification de la composition lipidique du lait suit les recommandations du Programme National de Nutrition Santé. Aucun effet de la dose de lin n’a été observé sur l’ingestion des vaches. Une augmentation moyenne de la production laitière a été observée lorsque la dose de lin ne dépasse pas les recommandations des zootechniciens. Enfin, le taux de matières grasses du lait peut être diminué si la graine de lin est associée avec des rations riches en ensilage de maïs ou si elle est apportée en trop grande quantité.

Ces résultats contribuent à évaluer l’effet technico-économique de l’utilisation de la graine de lin extrudée à l’échelle de l’exploitation bovine laitière, par exemple en simulant une meilleure valorisation de ce lait naturellement enrichi en oméga-3.

Partenaires : cette étude a été réalisée dans le cadre d’une thèse CIFRE réalisée au sein de l’UMR Inra_Oniris BIOEPAR, co-encadrée par l’unité de recherche URSE de l’ESA d’Angers, et cofinancée par les entreprises Valorex et Terrena.

Publication associée : Meignan, T., C. Lechartier, G. Chesneau, and N. Bareille. 2017. Effects of feeding extruded linseed on production performance and milk fatty acid profile in dairy cows: A meta-analysis. J. Dairy Sci. 1–15. doi:10.3168/jds.2016-11850.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire