• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

FUnPlast: Production de bioplastiques fonctionnalisés avec des propriétés nouvelles [Carnot 3BCAR]

Production de bioplastiques biodégradables à partir de résidus organiques agricoles.

Gros plan sur des tomates en grappe.. © © INRA, NICOLAS Bertrand
Mis à jour le 03/06/2015
Publié le 13/04/2015

On constate actuellement  un intérêt croissant pour la production de bioplastiques biodégradables de type polyhydroxyalcanoates (PHA) à partir des consortia microbiens sélectionnés dans des systèmes non stériles, en particulier sur des résidus organiques agricoles à faible coût.
Les propriétés thermoplastiques des PHA sont particulièrement améliorées quand leur composition en monomères est constituée de 6 à 14 atomes de carbone (PHA à longueur de chaine moyenne ou mcl-PHA) et plus particulièrement quand ils présentent des groupements fonctionnels (e.g. carboxyls, hydroxyls, époxy, phénoxy). Ceci améliore leurs propriétés physiques et élargit les applications possibles des bioplastiques;

Le projet FUnPlast est un projet de ressourcement de l’Institut Carnot 3BCAR qui se propose d’identifier les conditions opératoires qui facilitent la sélection de micro-organismes producteurs de mcl-PHA avec des propriétés thermoplastiques innovantes.

L’objectif est de déterminer les conditions qui permettent la valorisation de l’acide hydroxy-hexadécanoïque (AHHD), acide gras hydroxylé majeur composant les résidus (peaux) de fabrication des purées, concentrés et jus de tomate. La production de mcl-PHA sera évaluée en culture continue, en couplant l’analyse macro-cinétique des réacteurs avec l’analyse chimique de la composition des PHA produits (composition chimique, poids moléculaire). D’autre part, le projet s’attachera à évaluer la relation entre la composition chimique et les propriétés thermoplastiques du PHA produit, seul ou en mélange avec d’autres matériaux bio-sourcés.

Le projet est porté par Guillerma Hernandez-Raquet de l’INSA de Toulouse , avec l’implication de des équipes ELIPS et MC2 de l’UR BIA du centre Inra Angers–Nantes

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire