• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Conférence internationale IAFP Europe

Les principaux acteurs européens de la sécurité des aliments (agences, laboratoires de recherche et entreprises) réunis à Nantes du 24 au 26 avril

congres IAFP
Mis à jour le 02/05/2019
Publié le 30/04/2019

L’IAFP European symposium est une conférence internationale sur la sécurité des aliments organisée par l’association internationale pour la protection des aliments (IAFP). La conférence a rassemblé plus de 400 participants venant du monde entier (17 pays représentés) du 24 au 26 avril 2019 à Nantes. Ce congrès bénéficiait du soutien de l'UMR Inra-Oniris SECALIM dont deux membres, Jeanne-Marie Membré et Nabila Haddad, participaient au comité d’organisation de la conférence et au comité local. Le congrès comprenait 15 symposia, 9 sessions techniques et 3 tables rondes couvrant de nombreux domaines de la sécurité des aliments : la maîtrise de l’hygiène notamment via les pratiques des consommateurs, la standardisation en microbiologie des aliments, la détection et le contrôle de pathogènes dont Campylobacter, les méthodes récentes d’identification de risques émergents, l’altération des aliments, l’appréciation des risques et l’évaluation risques – bénéfices, etc.

L’UMR SECALIM a participé activement à cette conférence. Pas moins de vingt de ses membres étaient présents aux journées scientifiques. Au total quatre symposia ont été organisés par l'UMR SECALIM:

  • L’analyse de réseaux pour mieux décrire les fonctions et dynamiques des écosystèmes microbiens des aliments
  • Les nouvelles approches de modélisation de l’altération microbiologique des aliments
  • Les défis liés à la détection et à la quantification précise de Campylobacter
  • Les activités de recherche en cours sur l’évaluation risques – bénéfices des aliments

Le principe des symposia est d’illustrer les avancées scientifiques autour d’un thème commun, avec les interventions de trois scientifiques de laboratoire / société et pays différents. C'est dans ce cadre que trois doctorants de l'UMR SECALIM, Juliana de Oliveira Mota, Ngoc-Du Luong et Benjamin Duqué, ont pu communiquer leurs résultats de recherche.

Ngoc-Du Luong. © Inra
Ngoc-Du Luong © Inra

Ngoc-Du Luong, a présenté une méthode innovante de modélisation de l’altération par approche Baysienne.

Juliana de Oliveira Mota. © Inra
Juliana de Oliveira Mota © Inra

Juliana de Oliveira Mota, sur "l’évaluation risques-bénéfices associée à la viande rouge".

Benjamin Dugué. © Inra
Benjamin Dugué © Inra

Benjamin Duqué, sur "comment mieux prédire le comportement de Campylobacter jejuni en utilisant des biomarqueurs d’expression génique"

Cinq communications orales ont également été présentées dans des sessions techniques.

Vincent Tesson. © Inra
Vincent Tesson © Inra

Vincent Tesson, post-doctorant à SECALIM, a présenté une analyse critique des modèles d’appréciation du risque microbiologique dans les viandes.

Emmanuel Jaffrres. © Inra
Emmanuel Jaffrres © Inra

Emmanuel Jaffrès, maître de conférences à SECALIM, a présenté les travaux de thèse de Nassima Illikoud, sur les mécanismes de l’altération microbienne due à Brochothrix thermosphacta dans les produits de la mer et les produits carnés.

Nicolas Helsens. © Inra
Nicolas Helsens © Inra

Nicolas Helsens, doctorant àl'UMR  SECALIM, sur "le résistome bactérien des filets de truite arc-en-ciel". 

Aurelien Maillet. © Inra
Aurelien Maillet © Inra

Aurélien Maillet, doctorant à SECALIM, en thèse Cifre chez Biofortis, sur " l’analyse de la contamination de l’environnement de l’usine de transformation du saumon fumé".        
Une autre communication orale proposée par Géraldine Boué, maître de conférence à SECALIM a permis de présenter les avancées sur l’évaluation risques – bénéfices des aliments dans le cadre du projet Européen RiskBenefit 4EU12.

Morgane Nenig. © Inra
Morgane Nenig © Inra

Morgane Nennig, doctorante à SECALIM, en co-tutelle avec le Laboratoire National de la Santé du Luxembourg, présente son poster sur "la stabilité des génotypes de Campylobacter jejuni d’isolats humains et alimentaires par Whole Genome Sequencing (WGS)".

Agnes Bouju. © Inra
Agnes Bouju © Inra

Agnès Bouju-Albert, technicienne à SECALIM,a présenté une méthode de quantification des cellules viables de Brochothrix thermosphacta

Contact(s)
Organisateur(s) :
Jeanne-Marie Membré
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Alimentation humaine
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire