• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Bien-être des vaches et production laitière

Les vaches laitières qui expriment le mieux les comportements sociaux et les états émotionnels positifs produisent aussi plus de lait.

Vaches laitières de race Prim'holstein du troupeau de Bressonvilliers. © NORMANT Sophie
Mis à jour le 12/05/2014
Publié le 22/04/2014

Dans le contexte actuel où le consommateur et le citoyen se montrent de plus en plus concernés par le bien-être des animaux de production, il apparaît pertinent d’examiner le lien entre celui des vaches laitières et leur niveau de production laitière.

Au cours de l’étude rapportée, un score reposant sur l’évaluation du respect des 4 grands principes de bien-être (bonne alimentation, bon logement, bonne expression des comportements normaux, bonne santé) a été attribué à 125 troupeaux bovins laitiers français selon la méthode WelfareQuality®. Les relations de ce score global et de ses composantes (relevant des 4 grands principes) avec la production laitière des vaches du troupeau ont ensuite été analysées. Le score global de bien-être du troupeau obtenu par la méthode précitée n’est en fait pas apparu lié significativement au niveau de production de lait des vaches. La productivité n’est donc pas un indicateur apte à évaluer le bien-être global.

Il est en revanche remarquable de constater que cette absence observée de relation globale résultait de deux relations en sens opposé, sachant que les critères de logement et d’alimentation tels qu’évalués n’avaient pas d’influence significative. Ainsi, d’une part, la production des vaches était supérieure dans les troupeaux présentant une faible fréquence de comportements agressifs entre vaches (+2,0 kg/jour/vache) et où l’état émotionnel des vaches était jugé bon (+2,1 kg/jour/vache). D’autre part, les animaux présents dans les troupeaux à forte production par vache étaient plus souvent malades. Cette forte productivité laitière est en effet un facteur de risque bien connu pour de nombreuses maladies. Ici, cela se traduisait en fait par un constat de moindre productivité des vaches dans les troupeaux avec les meilleurs scores de bonne santé, relation qui annulait l’effet positif associé aux expressions comportementales positives.

Les résultats obtenus mettent en évidence qu’agir pour le confort et la qualité de vie des vaches afin de leur permettre d’exprimer les comportements normaux de l’espèce serait tout à fait bénéfique pour leur productivité laitière. Ils soulignent aussi le besoin de mettre en place des mesures appropriées de prévention dans les troupeaux les plus productifs. Sachant que d’autres études ont montré que les maladies réduisent notablement la production laitière, ces vaches auraient produit davantage avec une prévention plus efficace. Dans les deux cas les éleveurs et les vaches seraient simultanément les bénéficiaires...

Partenariat : Ce travail a été conduit en 2013 par l’UMR Oniris-INRA BioEpAR en partenariat avec l’UMR INRA-VetAgroSup Herbivores de Theix. Il constituait une partie de la thèse de Maud Coignard, doctorante cofinancée par les départements Santé animale et Physiologie animale et Systèmes d’Elevage de l’INRA.

Publication : Coignard, M., Guatteo, R., Veissier, I., Lehébel, A., Hoogveld, C., Mounier, L., & Bareille, N. (2014). Does milk yield reflect the level of welfare in dairy herds? The Veterinary Journal, 199(1), 184-187.  http://dx.doi.org/10.1016/j.tvjl.2013.10.011

Contact : Raphaël Guatteo, UMR Oniris-INRA BIOEPAR (BIOlogie, Epidémiologie et Analyse de Risque en santé animale), raphael.guatteo@oniris-nantes.fr

Contact(s)
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire