• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

CEMMU : Conséquences des modifications de l'environnement sur le mucilage de la graine d’Arabidopsis [ANR]

Pour prédire l’impact du changement climatique sur les populations naturelles d’Arabidopsis.

Inflorescence d'Arabidopsis thaliana, l'arabette des dames.. © © INRA, CAIN Anne-Hélène
Mis à jour le 26/01/2015
Publié le 02/12/2014

Le projet ANR CEMMU (Consequences of Environmental Modifications on Arabidopsis seed MUcilage properties, diversity and ecophysiological function)

 

Evaluer l’impact du changement climatique sur les écosystèmes et leur biodiversité implique de déterminer les bases génétiques de la variation naturelle des caractères qui affectent la dynamique et structure des populations, ainsi que la façon dont ces caractères sont modifiés par les contraintes environnementales. Le mucilage des graines semble intervenir dans plusieurs fonctions écophysiologiques, comme la viabilité des graines. Chez Arabidopsis, ce mucilage forme autour de la graine deux couches polysaccharidiques distinctes, sans que l’on sache pourquoi et comment ces deux couches sont formées.

Dans un précédent projet ANR, nous avons caractérisé la variabilité naturelle de la couche externe du mucilage. Nous avons démontré l’existence de variants atypiques pour la quantité de polysaccharides produits ainsi que pour leurs propriétés physicochimiques. La variabilité des propriétés de la couche externe du mucilage était en outre corrélée avec certaines contraintes environnementales. En effet, la production accrue des polysaccharides de la couche externe de mucilage a été reliée à des variants naturels provenant de régions où les hivers sont plus froids. Nos résultats préliminaires indiquent également une production moindre de polysaccharides de la couche interne pour des graines produites par des plantes mères cultivées à température élevée.

Dans ce contexte, les objectifs premiers de CEMMU sont

  • de décrire la variabilité naturelle de la couche interne du mucilage,
  • de déterminer directement l’effet des contraintes de température sur la production de mucilage,
  • de préciser le rôle du mucilage dans la viabilité de la graine et comment cette dernière est affectée par les conditions environnementales,
  • d’effectuer une analyse fonctionnelle de trois loci influençant la diversité du mucilage.

Ainsi, l’effet des modifications de température sur les caractéristiques du mucilage sera étudié et les données obtenues pourront contribuer à la prédiction de l’impact du changement climatique sur les populations naturelles d’Arabidopsis.

Le projet CEMMU implique la collaboration de trois partenaires qui ont déjà su tirer parti de la complémentarité de leur expertise pour mener à bien des travaux de qualité sur le mucilage de la graine :

  • Helen North, Directrice de Recherche INRA Versailles, IJPB, coordinatrice
  • Marie-Christine Ralet, Directrice de Recherche INRA Angers-Nantes, UR BIA
  • Corinne Rondeau, Ingénieur de Recherche IRSTEA, Rennes

L'expertise des 3 partenaires :

  • génétique moléculaire et analyses fonctionnelles pour Helen North;
  • détermination de la structure et des caractéristiques macromoléculaires des polysaccharides pour Marie-Christine Ralet
  • analyse par RMN bas champ de systèmes complexes pour Corinne Rondeau-Mouro
Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Caractérisation et élaboration des produits issus de l’agriculture
Centre(s) associé(s) :
Versailles-Grignon, Pays de la Loire