• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

1979-2005 Fil d’Ariane : créer de nouvelles variétés de pommes pour une agriculture durable

Entre 1979 et 2005, les chercheurs de l’Inra à Angers ont sélectionné des variétés de pommier pour leur résistance à la tavelure. Ils ont mis au point la pomme Ariane®, au fruit très attractif, distinct des autres variétés, par ses qualités visuelles et gustatives, et résistante aux races communes de tavelure.

Pommes Ariane. © Inra
Mis à jour le 09/09/2016
Publié le 02/09/2016

En Anjou, les recherches sur les arbres fruitiers ont débuté dans les années 1930. Au fil du XXe siècle, les chercheurs ont collecté, caractérisé, conservé et valorisé les variétés de pommiers rassemblées dans leurs vergers expérimentaux. Le site INRA d’Angers conserve ainsi 18 espèces et près de 2 000 taxons de Malus (pommier). C’est à partir de ce matériel végétal que les chercheurs réalisent des études génétiques et créent de nouvelles variétés. 

Une première génération d’hybridations (croisements contrôlés entre variétés différentes) a débouché à l'Inra en 1977, sur la sélection de la variété Belchard® Chantecler, un pommier hybride obtenu à partir d’un croisement entre Golden Delicious et Reinette Clochard, choisie pour ses qualités gustatives.

Un peu d'histoire

  • 1943, la plus petite pomme du monde croisée avec un variété de pomme commerciale
    A l’Université d’Illinois, le Docteur Hough remarque qu’une espèce de la famille des pommiers, Malus floribonda, résiste à une maladie des arbres fruitiers, la tavelure. Malheureusement Malus floribonda donne des pommes minuscules (plus petites qu’une cerise) et immangeables. Le Docteur Hough va croiser Malus floribonda avec Rome Beauty, une variété de pommes commerciales. C’est le premier pas vers Ariane.
Généalogie d'Ariane. © Inra
Généalogie d'Ariane © Inra
  • Plus de 30 ans de croisements
    Depuis 1943, les programmes de sélection à partir de ce croisement initial se poursuivent. Les chercheurs effectuent des pollinisations contrôlées entre deux variétés aux caractéristiques complémentaires pour en obtenir une nouvelle. Les fleurs donnent des fruits contenant des graines. Ces dernières sont semées d’abord en serre, puis les arbustes sont transplantés à l’extérieur. La résistance aux maladies est testée d’abord en serres grâce à des inoculations artificielles puis contrôlée en plein champ. Les arbres sont sélectionnés pour la qualité des fruits. Les meilleurs spécimens sont retenus pour être croisés entre eux afin de créer des variétés encore meilleures.

  

Obtention de la variété Ariane®

Schéma de sélection de la pomme Ariane. © Inra
Schéma de sélection de la pomme Ariane © Inra
  • Avril 1979 : comme chaque année, Yves Lespinasse et son équipe de l’Inra d'Angers réalisent de très nombreux croisements pour combiner qualité organoleptique et résistance aux maladies, essentiellement à la tavelure. Parmi ces croisements, un sera à l’origine de la variété Ariane® : Ils récoltent 300 pépins de ce croisement qu’ils mettent à germer.
  • Février 1980 : la tavelure (maladie causée par un champignon microscopique) est inoculée aux jeunes semis. 230 plants résistants sont sélectionnés.
  • Juin 1980 : les plants sont plantés en pépinière et confrontés à l’oïdium, un autre champignon.
  • Décembre 1981 : 92 plants ont résisté à l’oïdium. Ils sont plantés en verger et cultivés pendant 4 ans en attendant la mise à fruit.
  • Octobre 1987 : les premières mises à fruits permettent de débuter la sélection des hybrides intéressants pour la qualité de leurs fruits et leur productivité. Ce travail de sélection dure 4 ans et permet de retenir 2 hybrides.
  • 1987-2002 : Ces deux hybrides sont testés dans de nombreux sites en France et à l’étranger pour vérifier leurs comportements et  leurs potentiels dans différentes conditions pédo-climatiques et sur plusieurs années. A l’issue de ces tests, Yves Lespinasse, François laurens et les pépiniéristes décident de proposer une seule variété, Ariane®, à la commercialisation.
  • 2004-2005 : suite à l'obtention par l'Inra du Certificat d’Obtention Végétale (COV, assurant la protection des droits de l’obtenteur sur tout le territoire européen) sur la nouvelle variété de pommes en 2004, l’hybride X6407 est inscrit au catalogue officiel des variétés français sous le nom d’Ariane et est ainsi reconnu comme une variété nouvelle et distincte en 2005.

 

Quelques caractéristiques d'Ariane®

Description de l’arbre :

  • Vigoureux, port érigé, adapté aux différents bassins de production
  • Bon comportement à l’oïdium et au feu bactérien
  • Sensible au puceron cendré
  • Floraison très forte, 3 jours avant Golden
  • Maturité à la même date que Golden
  • Bonne homogénéité de maturité sur l’arbre
  • Bonne productivité, sans alternance de fruit de bon calibre

Description du fruit :

  • Bicolore, rouge, brillant, lenticelles marquées, léger russet pédonculaire
  • Calibre moyen
  • Qualité gustative excellente, très ferme, croquante, juteuse
  • Bonne conservation, jusqu’à 7 mois en froid normal, très bonne tenue hors frigo

  

Les recherches sur les résistances aux maladies à Angers

Dans les années 1960–1970, les chercheurs angevins ont engagé des hybridations afin de proposer aux arboriculteurs des variétés de pommiers de très bonne qualité gustative mais moins sensibles aux maladies, en particulier à certains champignons comme la tavelure (Venturia inaequalis) et l’oïdium (Podosphera leucotricha). Ils ont utilisé les premiers hybrides obtenus par des chercheurs Américains qui étaient issus d’un pommier sauvage, le Malus floribunda clone 821, résistant à la tavelure et repéré dès les années 1910. Au fil des croisements, les chercheurs de l’Inra ont sélectionné avec des pépiniéristes de nouvelles variétés de pommes à couteau moins sensibles : Florina® Querina, Ariane®, Antarès® Dalinbel, Choupette® Dalinette, Story® Inored. Des pommes à jus et à cidre ont été également sélectionnées pour leur moindre sensibilité aux maladies : Judaine®, Judeline®, Chanteline®, Douce de l’Avent et Fréquinette.

La création de ces variétés résistantes ou moins sensibles aux maladies s’inscrit dans les attentes du plan Ecophyto qui vise à réduire l’utilisation des pesticides.

En savoir plus sur les recherches menées à l'Inra : http://www6.angers-nantes.inra.fr/irhs/Recherche/QualiPom

Contact(s)
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire