Faits marquants

Faits marquants 2016 de l'UMR SECALIM

Mis à jour le 19/07/2017
Publié le 12/07/2017
Mots-clés :

Force de proposition et d’organisation du groupe de travail «européen» portant sur l’intégration des ‘Omiques’ dans l’évaluation du risque microbien

Jeanne Marie Membré

Plusieurs membres de l’unité participent à une réflexion initiée à l’échelle européenne par des experts européens en évaluation quantitative du risque microbien sur l’intégration des données dites Omiques en vue d’améliorer l’évaluation du risque microbien. Quatre questions scientifiques principales sont investiguées, à savoir l’utilisation (i) du séquençage à haut débit dans la détection des épidémies et l’épidémiologie, (ii) de la métagénomique pour l’écologie microbienne des produits alimentaires au cours du process, (iii) l’intégration des ‘Omiques dans l’évaluation de l’exposition au risque et (vi) dans la caractérisation du danger.

Sous les auspices de l’IAFP, ILSI et ICFMH, SECALIM a participé à l’organisation et l’animation de symposiums (IAFP-Europe 2015 au Royaume-Uni, IAFP-Europe 2017 en Belgique et IAFP-US 2017 aux USA), d’un webinar en 2017 et d’un workshop intitulé Next Generation Microbiological Risk Assessment - Integration of Omics Data into Assessment à IAFP 2016 à Athènes. Quatre articles scientifiques seront soumis début 2017 au journal international IJFM co-signés par cinq membres de SECALIM.

Stratégie de communication des travaux de recherche de SECALIM auprès des professionnels de la filière viande et des services de contrôle

Monique Zagorec et Catherine Magras

Au travers son expertise, l’UMR SECALIM a participé à plusieurs événements de communication à destination notamment des professionnels de la filière viande, et des services o ciels de contrôle :

  • auprès de la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) et des agents des services de contrôle en abattoir, les 1-2 juin 2016.
  • à la journée « Rencontre chercheur –entreprise consacrée à la Filière par Cap Aliment, le pôle de compétitivité Valorial, le 9 juin 2016.
  • à la journée SteaKexpert 2016 organisée par Terrena les 22-23 juin 2016
  • à la matinée «Clean label et naturalité : quels enjeux pour vos produits ?» organisée par Cap Aliment et le Pôle de compétitivité Valorial le 15 nov 2016.
  • lors d’une formation aux méthodes douces de conservation incluant la biopréservation organisée par Cap Aliment* en octobre 2016.

Portage du projet ANR REDLOSSES réduire les pertes alimentaires par la prédiction de l’altération

Monique Zagorec et Sandrine Guillou

Ce projet implique 10 partenaires experts dans les domaines de l’écologie microbienne, la bio-informatique, la modélisation, la microbiologie des aliments, et l’économie, avec notamment deux autres unités Inra, les unités MICALIS et MaIAGE, trois centres techniques, ainsi que deux partenaires industriels des filières porc et volaille. L’objectif du projet est de réduire les pertes pour les viandes les plus consommées en France (volaille et porc) en établissant un lien quantitatif entre la dynamique des communautés bactériennes tout au long du procédé de production, les facteurs de process (atmosphère de conditionnement, lactate, etc.) et l’apparition de phénomènes d’altération. Les données permettront d’identifier des marqueurs pertinents de l’altération et de construire des modèles mathématiques innovants pour prédire l’altération et ainsi proposer aux industriels des outils d’aide à la décision pour limiter l’altération des produits et donc diminuer les pertes.

Contact(s)
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire