• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Nantes

28 juin 2019

Thèse de doctorat

Soutenance de Luc Ingenbleek (LABERCA)

Soutenance de thèse sur : "Exposition par voie alimentaire de populations du Bénin, Cameroun, Mali et Nigéria à un large panel de substances chimiques"

Mis à jour le 13/05/2019
Publié le 10/01/2019
Mots-clés :

Luc INGENBLEEK

Doctorant à l'unité de recherche LABERCA

Date de soutenance :  28 juin à Nantes

Titre : "Exposition par voie alimentaire de populations du Bénin, Cameroun, Mali et Nigéria à un large panel de substances chimiques"

Composition du jury :

  • Marie-Louise Scippo, Professeur Université de Liège - rapporteur
  • Jean-Pierre Cravedi, Directeur de Recherches INRA - rapporteur
  • Jean-Lou Dorne, Senior Scientist EFSA - rapporteur
  • Bruno Le Bizec, Professeur Oniris - Directeur de thèse
  • Sara Eyangoh, Directeur Scientifique Centre Pasteur - Co-encadrant de thèse
  • Jean-Charles Leblanc, Senior Exposure Assessment Expert FAO - Co-encadrant de thèse
Résumé
L’Etude de l’Alimentation Totale en Afrique Subsaharienne a couvert plus de 90% de l’alimentation moyenne de populations correspondant à 7291 ménages et 4020 échantillons d’aliments, représentatifs des habitudes alimentaires locales et préparés tels que consommés. Les polluants organiques persistants tels que les dioxines, les polychlorobiphényles, les retardateurs de flamme bromés ainsi que les composés perfluorés ont été quantifiés à des teneurs très faibles. Une sélection de 68 substances, dont l’exposition a été étudiée de façon semi-probabiliste a permis de mettre en évidence que 24 de celles-ci sont, de façon individuelle ou en groupe, susceptibles de représenter un fardeau de santé publique. L’Aflatoxine B1, compte tenu des prévalences du virus de l’hépatite B, est susceptible de générer chaque année des cas de cancer du foie, à raison de 0,2 (Douala) - 23,9 (Nord Cameroun) cas additionnels pour 100 000 habitants. La co-exposition à l’aflatoxine B1, à la sterigmatocystine et aux fumonisines est particulièrement préoccupante dans certains centres de l'étude. La co-exposition à des niveaux importants à l’ochratoxine A, à la citrinine et à de l’aluminium, qui sont toutes des substances néphrotoxiques, a été relevé au Bénin. Des teneurs fortes de chlopyrifos dans le poisson fumé consommé au Mali alertent les autorités sur le risque chronique et aigu. Les expositions aux treize hydrocarbures aromatiques polycycliques dans le poisson fumé et les huiles de cuisson ne permettent pas des marges d’exposition sécurisantes eu égard à leur caractère génotoxique et cancérogène.L’exposition au plomb, en particulier au Nigeria révèle un risque d’augmentation de la pression artérielle chez les adultes et des pertes de points de QI chez les enfants. Les données générées aideront les gestionnaires de risques à mieux protéger le consommateur. Une étude visant spécifiquement l'exposition du nourrisson et du jeune enfant permettrait d'aller plus loin dans la connaissance du risque chimique en Afrique Subsaharienne.

Abstract :

Dietary exposure of populations from Benin, Cameroon, Mali and Nigeria to a wide spectrum of food chemicalsThe Total Diet Study in Sub-Saharan Africa covered 90% of the average diet of 7291 households with 4020 samples of typical foods prepared as consumed. Persistent organic pollutants such as dioxins, polychlorinated biphenyls and brominated flame retardants, as well as perfluorinated compounds were quantified at very low concentrations. The exposure of a selection of 68 chemicals was assessed, individually or in group, following a semi-probabilistic approach. Among these, 24 substances were characterized as a potential public health concern. The co-exposure to aflatoxin B1 and hepatitis B is likely to induce a morbidity factor in additional cases of liver cancer/100 000 inhabitants/year ranging from 0.2 (Duala) to 23.9 (North Cameroon). The co-exposure to aflatoxin B1, sterigmatocystin and fumonisins is of concern in some of the studied areas.The co-exposure to ochratoxin A, citrinin and aluminium, each of which are nephrotoxic, represents a concern identified in Benin. High chlorpyrifos concentrations in smoked fish from Mali represent chronic and acute risks for consumers. The 13 genotoxic polycyclic aromatic hydrocarbons in smoked fish and edible oils do not allow for safe margins of exposure.Lead exposure, particularly in Nigeria, might elevate blood pressure in adults and affect children neurodevelopment. The generated data will inform the risk managers and help them to better protect consumers. Additional studies, more specifically focussing on the infant and young child would be a beneficial perspective in terms of contribution to knowledge about food chemical risks in Sub-Saharan Africa.
Contact(s)
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire