• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

01 mars 2019

Thèse doctorat

Soutenance de Elise Réthoré (IRHS)

Soutenance de thèse sur : "Integrative analysis of acquired thermotolerance in developmentally arrested Arabidopsis seedlings".

Mis à jour le 19/02/2019
Publié le 07/02/2019
Mots-clés :

Elise Réthoré 

Doctorante à l'unité de recherche IRHS

Date et lieu de soutenance :  1 mars de 14h, amphi L003 de la Faculté des Sciences d’Angers

Titre : "Integrative analysis of acquired thermotolerance in developmentally arrested Arabidopsis seedlings".

Jury :

  • Christian MEYER, Directeur de Recherche, INRA Versailles - Rapporteur
  • Pierre GOLOUBINOFF, Professeur, Université de Lausanne - Rapporteur
  • Alain BOUCHEREAU, Professeur des Universités, Université Rennes 1 - Examinateur
  • Etienne BUCHER, Directeur de Recherche, Agroscope - Examinateur
  • David MACHEREL, Professeur des Universités, Université d’Angers - Directeur de thèse
  • Marie-Hélène AVELANGE-MACHEREL, Maître de Conférences HDR, Agrocampus Ouest - Co-directrice de thèse

 
Résumé :

Dans le contexte du changement climatique, l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des canicules a un impact négatif sur la physiologie des plantes, du fait de la perturbation structurale des protéines et des membranes par les fortes températures. Au cours de cette thèse, nous avons développé et caractérisé un système expérimental original dans lequel des plantules d’Arabidopsis thaliana sont arrêtées dans leur développement du fait d’une carence minérale. Ces plantules présentent une grande plasticité métabolique, notamment au niveau énergétique, qui leur permet de survivre pendant des semaines en état stationnaire. Nous avons ensuite réalisé une étude intégrative des processus qui permettent à ces plantules de survivre à un stress thermique normalement létal (43°C, 2 h), grâce à l’application d’un prétraitement à une température non létale (38°C, 2 h). Le pré-traitement à 38°C permet la protection du métabolisme énergétique ainsi que la reprise de la dynamique des organites lors de la phase de récupération. Au niveau transcriptionnel, les plantules pré-acclimatées surexpriment notamment des protéines chaperons et des gènes impliqués dans la photosynthèse et la régulation de l’expression des génomes mitochondriaux et plastidiaux. Au niveau protéique, l’accumulation d’HSPs et d’autres protéines de stress favorise la récupération des plantules, tandis qu’en l’absence d’acclimatation, le choc thermique provoque la diminution des protéines ribosomales et l’accumulation de protéines impliquées dans la dégradation des protéines. Cette étude illustre l’intérêt de l’analyse multi-échelle pour décrypter les mécanismes de réponse des plantes aux stress.

Contact(s)
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire