• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

13 déc 2017

Soutenance de thèse. © Inra

Soutenance de Adrien Corot (IRHS)

Soutenance de thèse sur : "Régulation par l’intensité lumineuse du débourrement des bourgeons le long de la tige de rosier : rôle des cytokinines, de l’acide abscissique et des sucres".

Mis à jour le 04/12/2017
Publié le 03/12/2017
Mots-clés :

Adrien COROT

Doctorant à l'unité de recherche IRHS

Date de soutenance : 13 décembre à 13h30, amphi L003 à l'Université d'Angers

Titre : "Régulation par l’intensité lumineuse du débourrement des bourgeons le long de la tige de rosier : rôle des cytokinines, de l’acide abscissique et des sucres"

Jury

  • Thierry AMEGLIO, Directeur de recherche, INRA UMR PIAF Clermont-Ferrand - Rapporteur
  • Rossitza ATANASSOVA, Professeur, Université de Poitiers UMR CNRS/UP EBI - Rapporteur
  • Elzbieta FRAK, Chargé de recherche, INRA URP3F Lusignan - Examinateur
  • Hélène GAUTIER, Directeur de recherche, INRA Unité PSH Avignon- Examinateur
  • Anis LIMAMI, Professeur, Université d’Angers UMR IRHS Angers - Examinateur
  • Soulaiman SAKR, Professeur, AgroCampus Ouest UMR IRHS Angers - Directeur de Thèse
  • Sabine DEMOTES-MAINARD, Chargé de recherche, INRA UMR IRHS Angers - Co-encadrante de Thèse
  • Nathalie LEDUC, Maître de conférences HDR, Université d’Angers UMR IRHS Angers - Co-encadrante de Thèse

Résumé :

Une diminution de l’intensité lumineuse réduit la ramification chez Rosa hybrida L. en inhibant le débourrement des bourgeons en position médiane et basale sur la tige. Ceci peut affecter la qualité visuelle des plantes, et donc leur valeur commerciale, puisque le développement de ces bourgeons est à l’origine de la forme buissonnante du rosier. Le débourrement est un processus complexe contrôlé par les hormones et les nutriments. Bien que l’intensité lumineuse soit un facteur clé de la croissance et du développement des plantes, les mécanismes par lesquels elle régule le débourrement sont peu connus. Par des dosages d’hormones et de sucres endogènes et des apports exogènes, ce travail montre l’importance des cytokinines (CK) dans le control du débourrement par l’intensité lumineuse en plante entière et le rôle antagoniste de l’acide abscissique (ABA), alors que les variations de teneur en sucres ne sont pas limitantes. Des approches moléculaires indiquent qu’à l’échelle d’un noeud l’intensité lumineuse semble contrôler le débourrement en modulant l’antagonisme CK-ABA, qui lui-même semble moduler la force puits et la signalisation des strigolactones. Cet antagonisme pourrait être sous contrôle des CK, un apport de CK réprimant l’expression d’un gène clé de synthèse d’ABA. Le long de la tige, ces régulations par l’intensité lumineuse s’ajoutent à des régulations intrinsèques au développement du rosier qui sont à l’origine du profil acrotone de débourrement. Il en résulte une inhibition renforcée des bourgeons basaux sous faible intensité lumineuse. Les teneurs en CK paraissent jouer un rôle clé, tant dans la régulation par l’intensité lumineuse que dans l’acrotonie.

Mots clés
Débourrement des bourgeons, intensité lumineuse, PAR, cytokinines, ABA, sucres, plante entière, Rosa hybrida L.

Contact(s)
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire